10 conseils pour mieux gérer son budget 🧮

Ou comment bien débuter sa rentrée financière 💪

Bonjour chèr.e.s Capitana 🙌,

J’espère que votre rentrée se passe bien! De notre côté, le retour des vacances a été synonyme de bonnes nouvelles : après des mois de travail et d’échanges avec le régulateur, nous venons officiellement d’obtenir notre agrément en tant qu’entreprise d’investissement.

C’est peut-être un détail pour vous, mais pour nous ça veut dire beaucoup 🎶…

Plus sérieusement, c’est une grande étape pour StarTalers et Capitana et c’est surtout le dernier jalon qui nous manquait pour lancer officiellement notre plateforme !

Le mois d’octobre sera donc celui de Capitana.app - pour les premières et premiers investisseurs - pas de panique, l’ouverture au grand public suivra de très près.

Pour être bien préparée à ces premiers investissements et commencer la rentrée financièrement bien préparée, nous vous livrons ce mois-ci nos conseils pour un budget bien géré.

Bonne lecture, bonne rentrée et à très vite!

Gaëlle

Sommaire de cette newsletter: 

🧐 Le mois de septembre est en général un mois qui pèse sur le budget, en particulier si vous avez des enfants scolarisés. Nous vous livrons nos 10 conseils pour bien gérer un budget.

🙋🏻‍♀️ Révoltées par la situation en Afghanistan, nous partageons avec vous quelques pistes pour soutenir les femmes et jeunes filles afghanes

📺 Nos webinars de septembre :


10 conseils pour mieux gérer son budget

On vous aide à faire le point sur vos finances, comment mieux gérer ses fins de mois, et anticiper les dépenses. Gaëlle revoit avec vous 10 étapes élémentaires…

1. Faire le point sur sa situation actuelle

Un budget, c’est une feuille de route de vos finances, une liste de vos entrées et de vos sorties d’argent qui vous permettent de mieux anticiper et planifier vos flux financiers 📈.

Faire un budget permet entre autres de mieux planifier vos objectifs. Que ce soit des objectifs à long terme comme la retraite ou à beaucoup plus court terme comme les prochaines vacances, gérer son argent permet de prévoir et d’anticiper. 

Pour celles et ceux qui ne sont pas nés avec un boulier dans la tête, cela peut sembler trop compliqué ou laborieux 🤯.

Pourtant, une fois votre premier budget établi, vous verrez que gérer votre argent deviendra beaucoup plus simple. 

Vous élaborez votre budget pour la première fois ? Bloquez-vous quelques heures au calme, mettez-vous à l’aise et commencez par rassembler les informations essentielles pour y voir plus clair 😊.

Vous aurez besoin de :

  • vos fiches de salaire ou factures de prestations de service si vous êtes indépendant

  • un récapitulatif de vos revenus “passifs” si vous en avez : revenus locatifs, dividendes et plus-values sur vos investissements financiers, revenus d’activités complémentaires…

  • un relevé de toutes vos charges fixes telles que loyer, électricité, eau, téléphone, assurances, taxes, frais de garde d’enfants...

  • un récapitulatif de vos dépenses variables mais régulières : nourriture, restaurants, sorties, sports, hobbies, vêtements, frais médicaux, entretien voiture...

  • une vue sur vos dépenses occasionnelles : cadeaux, vacances, mobilier, travaux… 

2. Dépenser en pleine conscience

Maintenant que vous avez collecté vos différents documents et informations, analysez vos dépenses pour mieux cerner vos habitudes. Pour avoir une vue plus réaliste, prenez 3-4 mois de dépenses plutôt que juste le dernier mois, cela vous permettra de détecter les dépenses variables mais régulières que l’on a tendance à oublier quand on prépare son budget ✍️.

Classez vos dépenses par catégorie selon un schéma qui vous convient et qui correspond à votre style de vie.

Ensuite, posez-vous les bonnes questions 🤔 :

  • Une fois la transparence faite sur vos dépenses, que vous inspire le résultat ?

  • Êtes-vous satisfaite de la manière dont vos revenus sont dépensés ? 

  • Vos catégories de dépenses principales reflètent-elles les priorités que vous voulez leur donner ?

  • Y a-t-il des rééquilibrages à faire ? 

  • Est-ce que cette analyse a apporté des bonnes ou mauvaises surprises?

Cette réflexion vous permettra d’identifier les éventuels changements que vous voulez apporter à vos habitudes de dépenses et que vous allez introduire dans la prochaine étape de création de votre budget - la planification de vos dépenses futures 🗓.

Pour cela, plusieurs manières de faire :

  • top-down ou “de haut en bas”: vous décidez quel pourcentage de vos revenus allouer aux différentes catégories que vous avez créé et vous gérez votre budget de manière à ne pas les dépasser.

  • bottom-up ou “de bas en haut”: vous listez vos dépenses attendues catégorie par catégorie sur base de vos informations historiques en vous assurant que la somme des dépenses rentre dans vos revenus tout en gardant une marge et vous suivez la réalisation de ces dépenses au mois le mois.

  • Zero-based budgeting ou budget à somme nulle : vous allouez 100% de vos revenus à différentes poches qui représentent des catégories de dépenses mais également des projets d’épargne ou d’investissement. Chaque mois, vous approvisionnez chacune des poches et puisez dans ces poches pour couvrir les dépenses afférentes lorsqu’elles surviennent.

La méthode “zero based” a le mérite d’inclure par design l’épargne et l’investissement comme une catégorie au lieu de considérer ces postes comme le “reste” une fois que les dépenses ont été couvertes. Partisane du principe de “payer son futur soi en premier”, c’est une méthode que je trouve intéressante.

Parlons de ces poches d’anticipation justement 👛.

3. Créer des poches “d’anticipation”

Créer des poches d’anticipation, c’est mensualiser ses dépenses et provisionner par poste. 

C’est également prévoir une poche épargne et, par la suite, une poche investissement qui est approvisionnée systématiquement chaque mois. 

Pour les plus angoissées, cela donne également une certaine sérénité quotidienne de ne pas avoir à s’inquiéter de l’arrivée d’une dépense saisonnière plus significative car elle aura été provisionnée au fur et à mesure de l’année 💆‍♀️.

En les mensualisant, ces dépenses entrent dans vos charges fixes mensuelles et vous permettent d’avoir une vision plus précise sur votre reste à vivre concret pour le mois.

Vous aurez moins de mauvaises surprises ou de grosses dépenses imprévues.

4. Se payer d’abord

En créant ces différentes poches et en incluant une poche épargne, vous systématisez l’effort d’épargne dans vos habitudes budgétaires. 

Sur le long terme, cela vous permettra de faire travailler cet argent pour vous et d’augmenter vos revenus au travers de revenus passifs issus du fruit de votre épargne investie. 

Tous les manuels de finances personnelles vous le diront, il faut se payer en premier 📚. C’est-à-dire que, plutôt que d’épargner ce qu’il reste en fin de mois, il faudrait approvisionner la poche épargne dès que les revenus arrivent sur vos comptes. 

Mais quel montant mettre dans cette poche ? Pour vous aider, parlons de la règle des 50/30/20 ⬇️.

5. Adopter une répartition équilibrée 

La règle des 50/30/20 ou la recette équilibrée pour tenir son budget. Cette règle donne un cap, une direction pour une “saine” répartition de vos revenus:

  • 50% de vos revenus sont alloués aux besoins essentiels

  • 30% de vos revenus sont alloués aux dépenses plaisir

  • 20% de vos revenus sont alloués à l’épargne et l’investissement

L’objectif de cette règle est de vous donner une base de référence. Ce n’est pas un dogme et en fonction de votre situation personnelle et professionnelle elle peut être plus ou moins facile à suivre. 

Néanmoins, se fixer un objectif d’épargne qui soit au minimum de 10% permet de pérenniser son style de vie sur le long terme grâce aux bénéfices que cette épargne, une fois investie, vous permettra de générer du cash sur le long terme 📑.

6. Construire son fonds d’urgence

Une partie de votre épargne vous permet de constituer votre fonds d’urgence avant de le transformer en poche d’investissement.

L’épargne de précaution est un classique des finances personnelles ✔️. 

C’est une somme d’argent mise de côté pour couvrir une ou plusieurs dépenses imprévues qui pourraient survenir.

En cas de changement inattendu de situation financière, comme une perte d'emploi, par exemple, l'épargne de précaution peut également vous permettre de retomber sur vos pieds tout en gardant un certain confort de vie. En général, 3 à 6 mois de salaire suffisent - au-delà, le coût d’opportunité de garder cet argent en épargne peu ou pas rémunérée est trop important par rapport au poids de l’inflation sur votre pouvoir d’achat. 

Quand vous atteignez ce montant dans votre poche épargne, c’est le signe qu’il est temps de commencer une nouvelle poche, celle de vos investissements 😄.

7. Éviter les découverts

Cela va sans dire, mais encore mieux en le disant : les découverts ne sont pas une poche d’anticipation ❌. Cela doit rester un mécanisme de dépannage pour faire face à des imprévus en évitant de devoir aller puiser dans son épargne ou réaliser certains investissements. Mais si l’utilisation du découvert est systématique, c’est un signe que vos habitudes budgétaires sont déséquilibrées et non pérennes. Dans ce cas, il faut revoir vos dépenses et vos revenus pour trouver des pistes de retour à l’équilibre.

8. Se fixer des objectifs concrets à court et moyen terme

Avoir des objectifs améliore automatiquement la motivation et la mise en place de bonnes habitudes. 

Transformez vos poches d’épargne et d’investissement en objectifs concrets, cela rendra la gestion de votre budget plus tangible et plus gratifiante lorsque vous les atteignez 💪.

La visualisation est un puissant moteur de motivation.

9. Automatiser un maximum

Simplifiez vous le quotidien au maximum en automatisant tout ce que vous pouvez dans la gestion de votre budget. 

Pensez virements automatiques et ordres permanents pour vos différentes poches. Pour le suivi et la gestion, un simple fichier excel peut faire l’affaire si vous maîtrisez l’outil. Sinon, il existe de plus en plus d’applications qui vous permettront de mettre en place ces poches et de les suivre facilement. On peut notamment citer Bankin et Linxo, Money lover ou encore Yeeld 📱.

Nous avons écrit un article à ce sujet, nous vous laissons le consulter pour plus d’informations 🤗.

10. Investir son épargne disponible après fonds d’urgence

Voilà, vous êtes maître de votre budget 🎓. Vous avez constitué votre fonds d’urgence grâce à votre poche d’épargne. Vous êtes prête à investir !

Vous ne savez pas par où commencer ? Pas de panique, ce sera l’un des sujets de notre prochain webinar. La réponse courte, c’est : pré-inscrivez-vous sur capitana.app pour tester notre plateforme d’investissement durable qui se concentre sur vos objectifs.


Section spéciale du question réponse

La situation actuelle en Afghanistan est une catastrophe humaine, en particulier pour le droit des femmes et des jeunes filles.

Quelles sont les actions concrètes pour aider les enfants et les femmes afghanes? Quelles sont les sources d’informations fiables?

Nous ne connaissons pas encore le chemin vers un Afghanistan pacifique et équitable, mais nous savons que le moyen d'y parvenir est d'investir dans les femmes. Les femmes construisent la paix et la prospérité à partir de la base. Des femmes plus fortes construisent des nations plus fortes.

Women for Women International

Voici le nom de quelques associations qui oeuvrent sur place pour l’aide médicale d’urgence et le soutien local aux femmes et jeunes filles 👀.

On n’est jamais à l'abri d'apprendre

Toutes les deux semaines, retrouvez Gaëlle et l'équipe dans un webinar consacré à vos interrogations sur le monde merveilleux de l'investissement 📺 On va tout de même faire une petite pause cet été 😎

📺 Retour de nos webinars - ce mois-ci :

Jeudi 16 septembre 2021 - Créer son propre plan financier et gérer son cash

👉 Comment créer son plan financier comme un/e pro?

👉 Les points à avoir en tête pour avancer.

👉 Les premières actions pour commencer à investir son montant disponible

Je m'inscris

Jeudi 30 septembre 2021 - Comment définir son premier projet ?

👉 Comment choisir et orienter son premier projet d’investissement?

👉 Comment définir le montant nécessaire et l’horizon d’investissement ?

👉 Comment gérer les imprévus au cours du projet ?

Je m'inscris


En vous souhaitant une bonne rentrée des classes 👩‍🏫

L'équipe de StarTalers.

PS : Je sais bien que je vous l'ai déjà dit, mais je vous le dis quand même : si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous aider à nous développer.

Comment ? En incitant au moins 3 amies à s'inscrire à notre newsletter ou à participer à l'un de nos webinars. Vous seriez notre meilleure amie ! Je le pense vraiment. 😘

Share Capitana’s Newsletter

PS2 : Mettez cette adresse en favoris pour être sûr de ne rien rater !

Newsletter "hors-série" des vacances

On se retrouve pour une newsletter inédite, qui saura vous tenir compagnie pendant vos vacances d'été.

Bonjour chèr.e.s Capitana 🙌,

Pendant que vous profitez de l’indolence de l’été en ce mois d’août où même le soleil a décidé de partir vers d’autres cieux, nous vous avons concocté un “best off” pour une newsletter “hors-série” de l’été 😊

Nous avons compilé des morceaux choisis de nos articles précédents pour que vous puissiez (re)découvrir les thématiques les plus importantes avant le lancement de notre plateforme Capitana.app prévue pour la rentrée (début octobre plus précisément).

Pour celles et ceux qui profitent du mois d’août pour faire un break, Alexandra et moi vous partageons notre liste de lecture pour les vacances : lectures inspirantes, lectures plaisir, lectures enrichissantes, il y en a pour tous les goûts!

Avant de vous quitter fin août pour une parenthèse au soleil (le vrai, celui dont on se souvient à peine ici à Luxembourg) en famille, j’ai eu le grand plaisir d’accueillir 3 nouveaux membres qui viennent compléter notre belle équipe 👨‍👩‍👧‍👦 .

Tout d’abord, Inès qui nous a rejoint en tant que marketing manager pour un stage de 6 mois. Elle nous vient tout droit de Marseille et prépare actuellement son master du programme grande école de Skema BS. Elle nous aide dans la gestion des réseaux sociaux, des visuels et dans la rédaction de nos contenus.

Matthieu, notre développeur front, nous a également rejoint mi-juillet. Il développe et élabore le design de nos différents interfaces. C’est la personne qui s’occupe de mettre les touches finales à l’application capitana qui deviendra très bientôt votre meilleure amie. Il fait en sorte de la rendre aussi belle que fonctionnelle et y travaille très dur juste pour vous ! 💪

Enfin, le dernier arrivé, Hugues, devops engineer, est arrivé début août. C’est lui qui est en charge de toute notre infrastructure informatique et de la sécurité de l’ensemble de nos services.

2e levée de fonds clôturée, équipe renforcée,…nous sommes prêts pour une rentrée chargée! Suite au prochain numéro et d’ici là, je vous souhaite un très beau mois d’août (ensoleillé 🤞)!

Gaëlle

Sommaire de cette newsletter :

🗺 Alexandra vous délivre un petit résumé condensé de toutes nos newsletters :

🎙️ On répond toujours aux questions que vous nous avez posés sur l’investissement - ce mois-ci : Quels sont les différents placements possibles pour un portefeuille ?

😎📚 Pour vous occuper au bord du transat’ (tout en vous instruisant 📚), nous vous avons dressé une petite liste de livres à (re)découvrir.

Avec tout ceci, vous serez prêt.e.s pour une rentrée au top !

C’est parti … Prêt ,feu, GO… 🔥


Les attentes de 2021, où on est-on ?

Comme nous vous l’avions évoqué, cette épidémie a permis de forcer de nombreuses transformations digitales, sociétales, qui auraient pris de nombreuses années dans un autre contexte. L’accélération de la digitalisation est notamment un des points positifs résultant du covid qui permettra de doper la productivité à moyen-long terme.

En ce début d’année nous vous parlions de:

Privilégier les actions US, chinoises, autour des thématiques 5G et énergie verte et les obligations des pays émergents pour le rendement, et des obligations “bien notées” pour parer aux éventuels défauts de paiement et apporter de la stabilité. Ceci ne représentant pas un conseil en investissement, mais plutôt une vue sur le long terme et nous pensons toujours que cette vision long terme est pertinente.

Depuis le début de l’année les marchés des actions ont performé, alors que les obligations ont contribué à la stabilité du portefeuille 😅

👉 Actions Monde (MSCI World) +13,5% ; Actions U.E. (Stoxx 600) +15,4% ; Actions France (CAC 40) +18,8%; Actions U.S. (S&P 500) +19,6%*

👉 Obligations gouvernementales U.E. -0,69%; Obligations entreprises U.E. +0,48%; Obligations vertes monde -1,07%*

👉 Bitcoin +27,6%*; Ethereum +126,4%*

*données au 29/07/2021

Quelles leçons en tirer ?

Un retour à la normale s’amorce en Europe, mais ce type de crise sanitaire pourrait se reproduire et nous devons prendre conscience que chacun doit se préparer financièrement aux aléas de la vie. Pour éviter de se trouver “fort dépourvue” au moment de la bise, comme le disait Jean de la Fontaine, il vaudrait mieux préparer l’avenir et pour ça vous devez commencer à investir.

Oui! Mais pas n’importe comment…

Comme expliqué dans nos précédents articles, vous vous devez d’investir en respectant vos principes. Il est important que vous regardiez ce qui se cache derrière une entreprise. Est-ce que les valeurs de cette entreprise correspondent aux vôtres ? Vous pourrez vous aider en suivant certains labels ESG ou ISR. Ces deux acronymes ESG (environnement, social, gouvernance), et ISR (investissement socialement responsable) sont devenus la norme pour définir ce qu’est un investissement durable.

  • Pour en savoir plus sur les labels, c’est la Newsletter du mois d’avril que vous retrouverez ici 👉 Peut-on se fier aux labels? 👈

Evidement nous vous le répétons (et on adore ça ☺️), mais une des principales leçons à tirer de la chute des marchés en Mars 2020 et de diversifier votre portefeuille.

  • Si vous devez consacrer du temps à quelque chose en août, c’est bien à la newsletter sur la diversification, qui protégera votre portefeuille des secousses de marché.

Mais pour diversifier il vous faudra peut-être de l’inspiration, c’est pas si facile que ça de trouver des idées 💡 quand on débarque dans le monde de l’investissement! C’est pourquoi vous pouvez privilégier des thématiques qui vous tiennent à cœur comme la Femtech, qui booste l’investissement dans le secteur de la santé des femmes 🩺 (souvent encore mal diagnostiquées faute de connaissance). Ou encore choisir des thématiques plus populaires, comme les crypto-monnaies et la blockchain, et si c’est le cas par pitié lisez notre NL sur le sujet avant de vous lancer 🙏

Bref, beaucoup d’entre vous sont encore probablement sceptiques vis-à-vis de cette sortie de crise sanitaire et redoute d’investir… En se posant les bonnes questions, et en y réfléchissant, vous verrez qu’il n’y a pas forcément de bon timing, et qu’il faut se lancer! Notre dernière NL vous aide pas à pas à franchir le cap ⛵

Et après?

Nous espérons que ce petit guide vous sera utile et vous aidera à faire le premier pas et si c’était déjà fait, peut-être qu’il vous permettra de mieux gérer vos investissements. Il n’y a pas de mauvaise manière de faire, lancez-vous! Vous ferez certainement des petites erreurs 🔭 qui vont permettront d’apprendre, et de mieux gérer vos portefeuilles sur le long terme. 


On est trop sympa alors on vous répond

Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable.

La question: Quels sont les différents placements possibles pour un portefeuille ?

Laetitia, sur notre compte Instagram

Lorsque l’on parle de placements, il y a beaucoup de possibilités. Un fonds d’investissement par exemple est un placement qui investit dans d’autres “placements”.

Dans son portefeuille, on peut donc avoir des fonds d’investissement (qui investiront dans des actions, des obligations, des matières premières, etc.), des actions en direct, des obligations, des devises (du cash donc en euro, en US dollars, en Japanese Yen, etc.), des matières premières comme l’or, un placement immobilier ou des placements plus alternatifs comme les crypto-monnaies par exemple. Bref, on peut mettre beaucoup de choses dans son portefeuille. 👛

Un portefeuille est donc un terme générique qui peut englober tous tes investissements. En revanche, si tu investis à travers une enveloppe fiscale particulière, comme le PEA (ou plan d’épargne en actions) en France par exemple (qui n’est pas un portefeuille au sens propre), alors tes placements peuvent être plus limités (pour le PEA, les investissement sont limités aux actions et aux fonds actions françaises et européennes).

Ton portefeuille à proprement parler peut donc se composer de plusieurs poches fiscales, du bien immobilier que tu viens d’acheter, d’une œuvre d’art que l’on vient de t’offrir, de ton cash etc. Il est important de bien suivre son portefeuille au moyen d’un fichier de suivi afin de ne pas perdre de vue ses objectifs long termes. 🤔


Nos recommandations de ce mois ❤️

Avant de penser à la rentrée, profitons encore de ce mois pour savourer un bon livre (ou plusieurs) - nos recommendations du moment:

📗 La puissance invaincue des femmes, de Mona Chollet

📕 Lire magazine hors série : femmes de lettre, 101 auteures essentielles : 200 pages de morceaux choisis de ce que la littérature féminine a de plus beau, de plus doux, de plus provocateur, de plus sauvage, de plus inspirant…un pur régal, chacun.e y trouvera son compte et trouvera des inspirations de lecture

📘 Noise - a flaw in human judgment, de Daniel Kahneman, Olivier Sibony et Cass R. Sunstein : ou comment reconnaître et annihiler les effets du “bruit” dans la prise de décision

📙 How to have a good day, de Caroline Webb : utiliser les sciences comportementales pour adopter - vraiment - des habitudes de vie positives

📗 Etés anglais - la saga des Cazalet tome 1, de Elizabeth Jane Howard : Saga familiale à la “downtown Abbey”

📕 Le chant d’Achille, de Madeline Miller : une plongée dans la mythologie grecque qui donne envie de (re)lire l’Iliade


En vous souhaitant des excellentes vacances ou un retour au boulot pas trop douloureux 😘 😎

L'équipe de StarTalers.

PS : Je sais bien que je vous l'ai déjà dit, mais je vous le dis quand même : si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous aider à nous développer.

Comment ? En incitant au moins 3 amies à s'inscrire à notre newsletter ou à participer à l'un de nos webinars. Vous seriez notre meilleure amie ! Je le pense vraiment. 😘

Share Capitana’s Newsletter

PS2 : Mettez cette adresse en favoris pour être sûr de ne rien rater !

Les 10 questions à se poser avant d'investir.

Les dix questions à se poser avant d'investir, parce que, oui, investir c'est la vie 🧐

Bonjour chère Capitana ⛵️🙌,

Les masques tombent 😷 (littéralement), les terrasses se remplissent…ç’est l’été, enfin!

Avant de vous souhaiter de bonnes vacances 🏝 bien méritées, voici notre dernière newsletter avant la rentrée (enfin, presque, Alexandra vous concocte une “hors-série” spéciale pour l’indolence du mois d’août)… avec une chouette nouvelle 📣 à vous annoncer en primeur : nous venons de clôturer une 2e levée de fonds! Pour celles qui savent, pas besoin d’explications, vous pouvez passer au sommaire 🤗.

Pour celles qui ne savent pas ce qu’est une levée de fonds : pour une jeune entreprise innovante comme StarTalers, le financement de la phase de recherche et développement se fait souvent sous forme de “levée de fonds”, c’est-à-dire d’une augmentation de capital sous la forme de cession d’actions de la société contre du cash qui sert à financer le développement initial de nos produits et solutions avant de pouvoir les commercialiser.

Les investisseurs qui achètent ces actions deviennent actionnaires de StarTalers et sont appelés “business angels” si ce sont des particuliers, ou fonds de “capital risque” si ce sont des fonds spécialisés.

Si vous êtes curieuse et souhaitez en savoir plus, scrutez notre profil Linkedin ou Instagram dans les prochains jours l’annonce officielle!

J’en profite pour remercier toutes et tous nos business angels et investisseurs institutionnels pour leur soutien depuis le tout début, celles et ceux qui me lisent se reconnaîtront!

L’autre bonne nouvelle, c’est que cette étape va nous permettre de vous faire découvrir notre app Capitana très très bientôt, en particulier pour celles et ceux qui se sont préinscrits (si ce n’est pas encore fait, vous pouvez encore le faire juste ici ).

Pendant que vous vous prélasserez au soleil, au bord de la mer, en montagne ou au bureau pour les moins chanceux, nous serons dans les starting blocks pour mettre la touche finale à l’application et vous retrouver à la rentrée.

Et pour vous accompagner dans vos lectures, voici les réponses aux questions à se poser avant d’investir - ça tombe bien, vous serez prête pour la rentrée ainsi ;-)

Bonnes vacances et à très bientôt!

Gaëlle

Sommaire de cette newsletter:

🗺 Alexandra vous délivre les réponses aux questions essentielles à se poser avant d’investir. Et oui! Investir est un bien large domaine et pour s’y aventurer il faut y être préparer 📄. Réponse dans quelques instants… 😉

👛 Insaff, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la boite à outil de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » nous partagera ses conseils pour « Mener une discussion autour de sa rémunération d’entrée».

🎙️ Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable - ce mois-ci : comment a-t-on accès aux dividendes?

☀️ Quelques idées d’activités pour un été plus smart 🧠

📺 Finalement, notre dernier rendez-vous avant septembre :

  • “Les 10 questions à se poser avant d’investir” le 01/07

    Nous attendons vos questions, remarques et interrogations sur le sujet, pour construire un webinar fait sur-mesure pour vous, nos capitana 🤩 écrivez donc à Alex, à cette adresse: alexandra@startalers.com

    Sinon faites bien vos devoirs, on se retrouve en septembre pour de nouvelles aventures 📚


Investir oui ? Mais comment s’y prendre et quelles questions se poser ?

Vous avez forcément entendu parler d’investir et encore plus récemment!

À l’heure actuelle, et en raison de toutes ces incertitudes (bonjour, monsieur covid 🦠), il est essentiel de penser à investir dans le but de préparer son futur.

2021 semble être pour l’instant une année pleine de promesses avec l’arrivée des premiers vaccins. Que l’on soit pour ou contre ils sont synonymes de sortie de crise sanitaire. 

Cette promesse d’un avenir plus “aéré” va peut-être pousser les plus indécis à investir.

Un tas de questions vous traversent l’esprit et c’est légitime : “Comment commencer à investir?”, “Où investir?” et surtout “comment investir intelligemment?” 🤔

C’est pourquoi notre experte des marchés (coucou Alex) vous fait un état des lieux de la situation actuelle et répond à dix questions qui sont nécessaires à toute personne souhaitant commencer à investir.

Bilan à la mi-temps : qu’attendre des marchés pour le 2e semestre 2021 ? 

Plus d’un an après le début de la pandémie, est-on au bout du tunnel? 🚇

C’est en tout cas ce que semblent penser les investisseurs, à l’image des marchés financiers mondiaux qui ont gagné +82% depuis le point le plus bas de mars 2020, et +12% depuis le début de l’année (données au 11/06/2020). Les aides gouvernementales, les plans de relance, l’arrivée des vaccins semblent nous montrer une sortie du covid permanente en 2022. 

La seule ombre au tableau semble provenir d’un retour de l’inflation, nécessaire, qui viendrait ralentir (et non stopper) l’injection de cash des banques centrales dans l’économie. Concrètement, cela signifie que les taux d’intérêt devraient repartir à la hausse, entraînant une hausse des coupons obligataires et donc de nouvelles émissions plus attrayantes pour les investisseurs qui pourraient délaisser certaines actions jugées "surévaluées". Comme le secteur de la technologie américaine par exemple, qui a souffert en ce deuxième trimestre 2021, mais dont la performance reste bonne en termes absolus avec +8% depuis le début de l’année pour le Nasdaq (indice action américain axé sur le secteur de la technologie).

données au 11/06/2021

données au 11/06/2021

1. Pourquoi investir?

Jusqu'à récemment, nous avons bénéficié d'un système favorable qui prenait en charge les éléments principaux qui nécessitent de l'épargne. Ces éléments principaux de la vie, ce sont bien sûr la retraite, l'éducation des enfants et la santé. En Europe, nous sommes plutôt chanceux, car nous sommes "accompagnés" et finalement jusqu'à récemment nous n’avions pas vraiment besoin de nous préoccuper de ces éléments principaux de vie. Ce système, comme nous le savons, commence à s'essouffler et il est très clair qu'il ne pourra pas porter aussi bien chacun des citoyens dans le futur, et il faut prendre en charge soi-même son avenir financier. 

Il est important de se poser cette question assez tôt, afin de constituer son patrimoine, d’établir une certaine sécurité financière car détenir du cash sur son livret d’épargne ne rapporte plus autant qu’avant. Investir est donc une nécessité! Mais vous ne pensiez pas qu’on vous dirait le contraire. 

Vous trouverez plus d’éléments de réponses dans l’interview qu’Alexandra a menée avec Inès de Dinechin, membre du comité d'investissement de StarTalers.

2. Comment calculer sa capacité d’épargne ?

Il est important de savoir quel montant vous pouvez mettre de côté chaque mois, afin d’épargner et investir. Nous adorons suivre sur Instagram Ninafinance, qui vous aidera à bien gérer vos finances, afin de dégager/augmenter votre capacité d’épargne. Il vous faut avant tout construire votre budget personnel, déterminer les dépenses essentielles des dépenses plaisir 🤑. Les dépenses essentielles sont les dépenses auxquelles on ne peut pas échapper (loyer, assurances, mutuelles, électricité, etc. ) ces dépenses ne doivent pas dépasser les 50% (même si selon certaines villes les loyers peuvent contraindre cette règle). 30% de vos revenus sont destinés aux dépenses “plaisir”, comme des vacances, du shopping. Enfin, les 20% restant devraient être alloués à l’investissement et à l’épargne.

Il faut noter qu’avant de commencer à investir vous devez constituer votre fond d’urgence (3 à 6 mois de dépenses “essentielles”), qui sera en cash, afin d’avoir une réserve en cas de coup dur. 

3. Quel est mon profil de risque ?

Votre profil de risque est très important. Il faut prendre son temps et y réfléchir pour le déterminer. Le profil de risque va varier en fonction de votre âge (plus âgée, moins de risque sur vos placements), de votre horizon d’investissement (horizon d’investissement plus court, actifs financiers moins exposés au risque), et bien sûr votre appétence au risque. Vous n’aurez peut-être pas du tout envie de vous exposer à la moindre variation négative de votre capital, même si cela implique de plus faibles performances ❌

Une astuce pour vous donner une première idée du risque que vous pourriez prendre est de déduire de 100 votre âge et cela vous donnera votre répartition action/obligation dans le cadre d’un horizon d’investissement long terme. Par exemple, si vous avez 25 ans, 75% de votre allocation sera des actions et 25% des obligations si vous investissez pour votre retraite. Si vous avez 60 ans alors votre pourcentage d’actions serait de maximum 40%, pour 60% d’obligations. Cette règle est simpliste, mais vous donne une première base pour guider votre allocation.

Pour rappel, historiquement les actions sont plus risquées, car plus volatiles que les obligations. 

4. Quel projet, quel horizon d’investissement ?

Pour faire suite au profil de risque, déterminer pour quel projet vous voulez investir est primordial. Le mieux est de créer pour chaque projet un portefeuille d’investissement distinct, afin de gérer le risque, l’horizon d’investissement et donc la liquidité qui sera distincte pour chaque projet. Par exemple, si vous prévoyez de prendre un congé sabbatique de 6 mois pour faire le tour du monde dans 3 ans, il vous faut dès à présent placer de l’argent tous les mois afin d’atteindre votre objectif de 15 000 euros. Un horizon d’investissement de 3 ans est assez court et il vous faudra commencer avec peut-être 40/50% d’actions dans votre portefeuille et réduire ce pourcentage au fur et à mesure que vous vous rapprocherez de l’échéance, afin de minimiser le risque de perte. Ce projet d’investissement/portefeuille sera totalement différent de votre objectif long terme tel que préparer votre retraite.

5. Comment choisir sa plateforme d’investissement ?

Le choix de la plateforme est très important, car c’est ce qui va vraiment vous “lancer”. Le critère le plus important pour bien choisir sa plateforme d’investissement, est que vous soyez à l’aise avec! Certaines plateformes sont plus intuitives, ergonomiques que d’autres et cela sera différent pour chacun d’entre nous. Il vous faudra comparer les coûts de chacune d’entre elles et faire la chasse aux frais cachés! La plupart des plateformes d’investissement sont en exécution seulement, cela signifie que vous ne serez pas conseillé, et que c’est à vous seulement de gérer votre portefeuille, cela peut-être intimidant lorsque l’on commence, c’est pourquoi avant de devenir plus à l’aise avec l’investissement, vous devez commencer avec des petits montants. E-Toro, Boursorama, Revolut, sont des plateformes assez réputées et faciles pour commencer. Certaines plateformes comme Capitana 🌫️ (que nous lancerons cet automne) investissent pour vous ! 

Avant de vous engager, surtout n'hésitez pas à vérifier que la société ne soit pas une plateforme frauduleuse, ou qu’elle ne soit pas régulée. Vous pouvez vérifier notamment sur le site de l’AMF pour la France, la CSSF pour le Luxembourg ou la FSMA pour la Belgique. 

6. Ai-je besoin d’un professionnel?

Choisir de déléguer sa gestion à des professionnels peut paraître inaccessible et réservé aux plus fortunés. C’est souvent le cas et vous trouverez ce service en banque privée le plus souvent ou auprès de gestionnaires de patrimoine. Les banquiers en agence ne sont souvent pas suffisamment formés pour vous conseiller de la meilleure des façons et ils auront tendance à vous conseiller des produits internes sur lesquels leur bonus est calculé. 

Il existe une autre solution: celle de vous former pour comprendre la base de l’investissement et enfin choisir un portefeuille d’investissement en ligne avec votre profil de risque et vos valeurs. La plateforme de StarTalers, Capitana (disponible à l’automne) sera alors la plateforme idéale pour vous accompagner dans vos investissements. Des portefeuilles construits pour vous, et du contenu éducatif pour que vous vous posiez les bonnes questions ;)

7. Quand commencer?

Vous êtes maintenant décidé, c’est sûr 😀 alors quand se lancer? 

Immédiatement! Nous revenons suffisamment là-dessus dans toutes nos publications: le meilleur timing c’est tous les mois un petit peu ;) 

Ainsi vous n’avez pas à vous soucier du “market timing”, du meilleur point d’entrée. En effet, investir petit à petit tous les mois sur une longue durée vous permettra de “lisser” votre point d’entrée: si vous entrez au point le plus haut un mois, le mois d’après le prix d’achat sera peut-être plus bas, etc. 

Alexandra a interrogé Stefan Van Geyt sur le sujet, membre du comité d'investissement de StarTalers.

8. Quel montant est nécessaire pour investir? 

Il n’y a pas de montant minimum, le mieux étant de commencer le plus tôt possible même s'il s'agit de petits montants au début, il faut se lancer même avec 50 euros par mois. Avec les intérêts composés, l'argent va travailler tout seul. Évidemment, le choix de la plateforme d’investissement a son importance car certaines vous prélèvent des frais fixes élevés, ce qui ne sera pas rentable et annulera votre performance. C’est souvent le cas des banques de détail qui, contrairement aux plateformes en ligne, ne sont pas vraiment compétitives. 

9. Comment suivre ses portefeuilles ?

Si vous avez choisi d’investir via plusieurs plateformes il sera important de suivre vos positions à travers un fichier Excel par exemple, pour ne pas les oublier et pour votre déclaration d’impôts (nous en parlerons dans le prochain point). Noter par exemple la plateforme, le nom du sous-jacent, la quantité, le prix d’achat, la date d'achat, le prix de vente et la date de vente (si elle a eu lieu) également. Vous pouvez y ajouter un suivi des versements et des frais. Vous pourrez même sur google sheet suivre l’évolution des prix en temps réel grâce à google finance. Ce fichier Excel sera l’occasion de suivre votre évolution, surtout au début si vous choisissez de “tester” vos compétences afin de mieux visualiser vos performances.

10. Quelle est la fiscalité de mes investissements ?

En fonction de l'enveloppe fiscale que vous allez utiliser pour investir (PEA, épargne logement, assurance-vie etc.), la taxation ne sera pas la même. De façon générale, ce que l’on appelle le “trading”, c'est-à-dire l’achat et la vente d’actifs financiers sur un court laps de temps, sera taxé au maximum. Comme nous recommandons toujours d’investir sur le long terme, cela ne devrait pas être un souci. 

Si vous êtes domicilié en France et que vous réalisez une plus-value sur une action ou une obligation par exemple, vous devrez payer un impôt sur cette plus-value au taux de 30 % (applicable aux dividendes et coupons également). Dans le cadre d’un PEA, PEE, etc. les plus-values sont exonérées, si l’on respecte les durées minimales de détention prévues par ces poches fiscales. 

Au Luxembourg, si vous détenez l’action ou l’obligation plus de 6 mois vous ne serez pas taxé sur la plus-value, sinon le taux est d’environ 45%, alors que les dividendes/coupons seront taxés à hauteur de 15%.

En Belgique, les coupons obligataires et dividendes seront taxés à 30%. Les plus-values ne sont elles pas taxées, sauf pour les fonds d’investissement qui seront ponctionnés de 30%. Enfin, il faut savoir que les opérations boursières réalisées en Belgique sont automatiquement prélevées de 0,35%.

Nous espérons que ce petit guide vous sera utile et vous aidera à faire le premier pas et si c’était déjà fait, peut-être qu’il vous permettra de mieux gérer vos investissements. Il n’y a pas de mauvaise manière de faire si vous suivez ce guide. Vous ferez certainement des petites erreurs qui vont permettront d’apprendre, et de mieux gérer vos portefeuilles sur le long terme. 

Nous compléterons ce guide par un webinar le jeudi 1er juillet à 18h, vous pouvez vous inscrire ici, et nous envoyer vos questions!


Bienvenu dans notre nouvelle rubrique « Le tips du mois de Ma Juste Valeur ».

Tous les mois, Insaff El Hassini, avocate de formation, juriste financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la plateforme de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » : premières formations + podcasts au monde sur la négociation de rémunération, vous partage un conseil pour vous aider à briser le tabou autour des femmes et de l’argent, vous apprendre à demander & obtenir la rémunération que vous méritez, et vous construire une carrière à votre juste valeur !

Tip du mois : « « Mener une discussion autour de sa rémunération d’entrée»

Bonjour à toutes ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle chronique « Ma Juste Valeur ».

On ne va pas se le cacher, les discussions autour de l’argent sont des discussions difficiles que tout le monde préfère éviter. Quand je dis tout le monde, cela veut dire, que la grande majorité, notamment des femmes ; et cela quel que soit leur job, leur statut social ou domaine d’activité, préfèrent traverser une rivière de charbons ardents plutôt que d’avoir à parler argent, salaire, tarifs, prix avec un recruteur, leur managers, les RH, un partenaire ou un client.

Si les discussions autour de l’argent sont des discussions si gênantes et malaisante, c’est parce qu’elles sont fortement émotionnalisées et sujettes aux différents biais cognitifs (biais de genre, de validation, syndrome de l’imposteur, de la bonne élève, du people pleaser etc….)

Voici donc 3 clefs pour dépasser cet inconfort et aborder ce type de discussion de manière sereine et pacifiée :

1/ Rationnaliser : Toujours faire référence à des données objectives.

Exemple, on va formuler ses prétentions salariales comme suit :

« la valeur d’un profil comme le mien sur le marché de l’emploi est dans une fourchette entre X€ et Y€ »

Plutôt que de dire :

« J’étais à X€ sur mon précédent poste »

2/Factualiser : Pour vous libérez de la charge émotionnelle qui grèvent les discussions autour de l’argent, basez vos prétentions sur des éléments de faits.

En pratique cela donne ça :

« Les tarifs pratiqués par le marché pour ce type de prestations sont entre X€ et Y€ »

Plutôt que:

« Mes tarifs sont de euh…euh… et bien  X €… euh non Y€ »

3/ Utiliser des éléments de langages neutres : La sémantique est très importante lorsque l’on parle argent car les mots ont un pouvoir émotionnel certain.

Dès lors, il faut essayer, autant que faire se peut, de dédramatiser la discussion en utilisant un vocabulaire neutre.

Si on prend l’exemple de l’augmentation, cela donne ça:

« Je souhaite obtenir un réajustement, un rééquilibrage de rémunération »

Plutôt que:

« Je veux une augmentation »

Pour aller plus loin, je vous invite:

RDV le mois prochain pour un nouveau tip Ma Juste Valeur et en attendant, n'hésitez pas à nous poser vos questions en répondant à cette NWL !

Enfin, n’oubliez pas Mesdames, c’est VOTRE job de connaître & défendre votre juste valeur, alors : déterminez là, assumez là et défendez là !


On est trop sympa alors on vous répond

Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable.

La question: j’ai entendu parler des dividendes, et du fait que ceux-ci payaient davantage que les coupons des obligations, comment a-t-on accès aux dividendes?

Patricia, sur notre compte Facebook

En effet, les coupons des obligations ne rapportent plus grand-chose depuis quelques années. Les obligations de bonne qualité (BBB- et plus) émises en euros rapportent dans les 1% annuellement, alors que les dividendes de bonnes sociétés sont plutôt de l’ordre de 3%. Pour toucher ces dividendes, il vous suffit de détenir l’action lors de la date d’enregistrement, ou date de détachement. Une société cotée peut choisir de distribuer des dividendes ou non, et fixer le montant des dividendes, ainsi que la fréquence de leur paiement (deux ou quatre fois par an en général). Si à la date d’enregistrement vous détenez une ou des actions, alors vous recevrez le dividende correspondant quelques semaines ou mois après à la date d'exécution prévue. Ces informations sont disponibles sur internet, sur google finance par exemple:

Pour finir, il faut savoir que la communication des dividendes futurs se fait souvent lors du bilan annuel, mais une société peut tout à fait décider durant l’année de ne pas payer les dividendes si elle a dû subir une perte importante non prévue (lors de la crise financière de 2008 de nombreuses sociétés ont ainsi décidé de couper le versement des dividendes pendant plusieurs années).


On fait quoi cet été?

  • Si vous êtes nostalgique de vos cahier de vacances, sachez que le magazine l’éléphant sort un hors-série jeux ! Un rendez-vous annuel attendu.

Une bouffée d’air pur, un moment de loisir pour se promener sur les chemins de la connaissance et découvrir les plaisirs des vacances buissonnières, en révisant par le jeu l’histoire, le français, la géographie, la logique, les sciences…https://www.scrineo.fr/boutique/lelephant/les-hors-series/hors-serie-jeux-2021/

  • On suit les J.O. et on améliore sa culture sport 🏊‍♀️🏋️

  • Nous terminons avec des mots croisés fait maison sur l’investissement 😉


On n’est jamais à l'abri d'apprendre

Toutes les deux semaines, retrouvez Gaëlle et l'équipe dans un webinar consacré à vos interrogations sur le monde merveilleux de l'investissement 📺 On va tout de même faire une petite pause cet été 😎

Jeudi 1er juillet: Les 10 questions à se poser avant d’investir

En 60 min, nous allons revenir sur cette newsletter, et revoir les principes de base avant d’investir, enrichit par vos questions et interrogations:

👉 Comment passer le cap pour investir?

👉 Les points à avoir en tête pour avancer.

👉 Ecrivez donc à Alex, à cette adresse: alexandra@startalers.com pour lui poser toutes vos questions sur l’investissement!

Je m'inscris

Investir en Femtech, c'est bon pour la santé - en particulier celle des femmes!

Femtech, ou les nouvelles technologies au service de la santé et du bien-être féminin. Il était temps!

Vaccinée, (presque) délivrée ⛵️🙌

Je viens de recevoir ma première dose de vaccin 💉

Le docteur qui m’a fait l’injection m’a demandé de promouvoir la vaccination autour de moi. Si vous ne le faites pas pour vous, faites-le pour les autres 🤗 .

Pour celles qui s’inquiètent du risque de thrombose notamment, sachez qu’il est plus faible que dans le cas de la prise de pilule contraceptive…mais c’est beaucoup moins médiatisé, car cela ne concerne qu’une minorité, la prise de la pilule…😉

Quelle belle transition pour le sujet de notre newsletter de ce mois : la prise en charge de la santé et du bien-être de la femme, une industrie appelée Femtech. Fertilité, cycle menstruel, endométriose, rééducation post maternité, cancers du sein, meilleur diagnostic de maladies cardio-vasculaires…

Qui de mieux placé que nous pour en comprendre les besoins et investir dans cette industrie en pleine croissance ?

Alexandra vous en parle dans l’article du mois et c’est également le sujet du webinar du 26 mai où nous accueillerons une invitée sur le sujet.

Sinon, j’ai une question pour vous : à quel point les retrouvailles en terrasse vous ont-elles manquées ?

  • au point d’accepter une légère ondée ☔️

  • au point d’être un peu mouillée 🩱

  • au point d’être complètement trempée et frigorifée 🚿🧊

#ilestoùleprintemps #tempsdeconfinement #ilpleutilpleutbergère #lesterrassessontouverteslol

Sommaire de cette newsletter :

📰 Alexandra vous emmène vers les terres inconnues (du grand public) de la Femtech, terres longtemps ignorées, bafouées, malaimées (too far? 😬). La santé des femmes se développe, gagne en visibilité, grâce à des start-up parfois en mal de financement. On vous explique…

👛 Insaff, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la boite à outil de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » nous partagera ses conseils pour utiliser « Le levier des avantages en nature» lors d’une négociation.

🎙️ Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable - ce mois-ci : Dans un de vos posts Instagram, vous parliez “d’investissement alternatif”. De quoi s’agit-il?

📖 Pour vous occuper pendant le congé de la Pentecôte, nous avons sélectionné pour vous quelques livres 📚

📺 Finalement, nos rendez-vous du mois - ce mois-ci :

Investir dans une thématique en pleine croissance: #1 la Femtech

Vous avez déjà sans doute déjà entendu parler des investissements “thématiques”. Ils consistent à investir en suivant un thème précis, comme par exemple les énergies renouvelables, la 5G, l’eau, le vieillissement de la population, etc. 🌍🧊🎯

Nous avons décidé de faire une série thématique au fur et à mesure de l’année. Ce mois-ci, nous vous présentons la première thématique: la Femtech.

Investir dans la Femtech, c’est investir dans la santé des femmes de façon ciblée. C’est une manière de contribuer à l’amélioration de la condition de vie des femmes qui ne sont pas égales face à l’accès aux soins 🩺 ou au bien-être en général.

C’est un secteur porteur d’avenir (après tout, nous ne représentons que 50% du marché de la santé 😉), mais qui a besoin de financement! Nous verrons pourquoi l’esprit de sororité est primordial pour le développement de ce secteur.

Qu’est-ce que la FemTech?

La technologie au service de la santé des femmes pourrait être la bonne traduction de FemTech. Cela fait référence aux logiciels, applications, diagnostics, produits et services, qui utilisent la technologie pour améliorer la santé des femmes. L’invention de ce terme est attribuée à Ida Tin, la fondatrice de Clue, une application qui vous permet de suivre vos cycles menstruels et d’ovulation.

La FemTech est donc un secteur qui s’adresse aux femmes tout au long de leur cycle de vie, de la puberté à la ménopause en passant par la maternité 💫. Les innovations liées à la FemTech se classent en général dans les catégories suivantes :

Le secteur de la FemTech se compose d'environ 200 start-ups dans le monde, dont 92% sont fondées et dirigées par des femmes, selon des rapports récents.

Un biais de genre mortel

De prime abord, ce focus sur la santé de la femme peut paraître discriminant. Il est pourtant le reflet d’une réalité : seuls 4% des recherches sur la santé (en général) sont dédiées aux problèmes de santé spécifiques aux femmes. 

Historiquement, les essais cliniques et les études et tests réalisés dans la mise au point de traitements médicaux prenaient essentiellement des patients masculins, afin d’éviter que les femmes en âge d’avoir des enfants puissent être affectées par des potentiels effets secondaires.

En 1977, la Food and Drug Administration aux États-Unis a exclu des essais cliniques les femmes en âge de procréer, de peur que les fluctuations causées par les cycles menstruels affectent les résultats des essais. et aussi parce que si une femme tombait enceinte après un essai, le médicament pourrait affecter le fœtus. Depuis, les femmes ont été sous-représentées dans les essais cliniques, avec les conséquences évoquées plus haut. 

Cette situation, louable à la base, fait que les symptômes documentés comme associés à beaucoup de maladies sont les symptômes présentés par des patients masculins. Aujourd’hui, de plus en plus de médecins plaident pour une meilleure prise en charge et une meilleure connaissance des symptômes des femmes, en particulier pour les maladies cardio-vasculaires, première cause de mortalité féminine en France.

S’agissant de l’infarctus, les hommes auront des douleurs dans la poitrine irradiant le bras gauche et la mâchoire… Alors que beaucoup de femmes ressentent des palpitations, des difficultés à respirer, de la fatigue, un essoufflement, des troubles digestifs ou encore des nausées. La méconnaissance de ces symptômes engendre un retard de diagnostic et une prise en charge thérapeutique plus tardive, ce qui réduit les chances de survie. De plus, ces femmes ont tendance à sous-estimer la douleur en négligeant les manifestations, souvent associées au stress ou à la fatigue 🧟‍♀️ (pour plus de statistiques et exemples de ces biais, nous vous recommandons “Invisible Women” de Caroline Criado Perez).

La FemTech veut éliminer ces biais en fournissant des médicaments et soins adaptés, tout en travaillant sur l’éducation des professionnels de la santé et du grand public 💯.

Un marché en plein essor 📈

La part de la Femtech par rapport au secteur de la santé en général est encore très faible, mais connaît une vraie croissance. Les femmes dépensent environ $500 milliards par an dans la santé. 

En 2019, les sociétés de la FemTech auraient généré $820 millions de chiffre d’affaires, et reçu $590 millions d’investissements de venture capital (aussi appelé “VC”, fonds d’investissement investissant au sein de sociétés non cotées, généralement aux premiers stade de développement de l’entreprise)

Le marché FemTech devrait atteindre les $1,1 milliards d’ici 2024 💸, soit une croissance annuelle de presque 13%. Ces développements dans la santé des femmes devraient permettre de réduire le coût des soins, alléger les dépenses de la sécurité sociale tout en améliorant la qualité de vie des femmes.

Pourtant, les fondatrices de sociétés FemTech parlent de “guerre de financement”. Elles mentionnent la difficulté de convaincre les investisseurs masculins sur les besoins des femmes en matière de santé. Comme l'a dit Melinda Gates, «Nous aimons penser que le Venture Capital est motivé par le pouvoir des bonnes idées. Mais d'après les chiffres, ce sont les hommes qui ont les clefs 🗝️ ».

Comment investir dans la FemTech?

La plupart des FemTech sont encore des start-ups qui sont financées principalement via des “business angels” ou des fonds de capital risque (VC).

On peut en trouver certaines qui sont cotées en Bourse comme Obseva en Suisse ou Viveve, Dare bioscience ou Soliton aux Etats-Unis.

Néanmoins, la majorité des sociétés FemTech ne sont pas (encore) listées publiquement (on ne peut donc pas les acheter comme des actions classiques sur le CAC 40 par exemple).

Pour rappel, une start-up est une entreprise en création, à croissance rapide, qui ne recherche pas une rentabilité immédiate, mais à terme. Les taux d’échec sont élevés, et le risque pour les investisseurs est important. En revanche, si la start-up connaît le succès, alors la “sortie” du capital, le retour sur investissement sera énorme. Comme la start-up ne réalise pas de bénéfice les premières années, elle doit se faire financer, par des fonds de venture capital (professionnels) ou par des business angel 😇 (particuliers).

Les start-ups dans la FemTech doivent malheureusement faire face à des inégalités dans les financements car dans 90% des cas les VC sont composés d’hommes qui ont du mal à comprendre le besoin adressé et l’opportunité commerciale qui se cache derrière ces sujets féminins. Les FemTech spécialisées dans le bien-être sexuel par exemple, sont souvent mises de côté par les investisseurs qui les catégorisent comme de la “pornographie”.

Pour investir en tant que business angel dans de telles sociétés, le principal est d’avoir un bon réseau pour être à l’affut des opportunités. Si vous êtes novice, le mieux est encore de rejoindre des réseaux de business angels qui vous guideront dans vos premiers investissements et vous permettront de “sourcer” et d’analyser les opportunités d’investissement. Vous pouvez également suivre des groupes comme Sista Femtech, “la première communauté européenne de la Femtech”, qui fournit du contenu et des données sur le secteur et vous permet de vous créer un réseau dans cette industrie.

Les Femtech les plus matures se trouvent aujourd’hui dans la fertilité avec des entreprises comme Clue, une des premières FemTech qui a levé $30 millions et compte aujourd’hui plus de 10 millions d’utilisatrices. Une autre application, Natural Cycles a été la première application contraceptive à être approuvé par des régulateurs européens et par la FDA (Food and Drug Administration, aux Etats-Unis).

Beaucoup de start-ups se concentrent aussi sur les protections menstruelles. Vous avez sûrement déjà entendu parler des cups menstruelles, comme celle de Flex.

Les FemTech se consacrant aux maladies biologiquement liées au corps de la femme, comme l’endométriose, encore méconnue du grand public, sont également très intéressantes. Cette maladie touche une femme sur dix dans le monde, mais n’a pas encore de traitement adapté. La société Endodiag par exemple, veut diagnostiquer cette maladie au plus tôt afin de contrer les effets de l’infertilité liés à l’endométriose et proposer des traitements adaptés.

On peut espérer que dans quelques années certaines de ces FemTech soient cotées en bourse et que des fonds d’investissement se spécialisent sur ce secteur, donnant accès à ces opportunités d’investissement à un plus large public 🍿. 

Vous l’aurez compris, la Femtech, bien que toujours un secteur de “niche”, a le potentiel de se développer et de croître dans les années à venir. Avec la moitié de la population mondiale comme marché, on peut l’espérer 😏


Bienvenue dans notre rubrique « Le tip du mois de Ma Juste Valeur » par Insaff El Hassini, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de l’initiative Ma Juste Valeur : première formation + podcast au monde sur la négociation de rémunération.

Tous les mois, elle vous partage un conseil pour vous aider à briser le tabou autour des femmes et de l’argent, vous apprendre à demander et à obtenir la rémunération que vous méritez et vous construire une carrière à votre juste valeur.

Tip du mois : « Comment utiliser le levier des avantages en nature»

Bonjour à toutes ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle chronique « Ma Juste Valeur ».
Le mois précédent, nous avons vu ensemble comment le fait d’établir une fourchette de négociation vous permettait de clarifier vos prétentions de rémunération, et aborder sereinement toute actuelle ou future discussion autour de votre rémunération.
Ce mois-ci, nous allons voir ensemble comment utiliser le levier des avantages en nature, pour aligner votre négociation avec vos objectifs de carrière et/ou de développement de votre activité indépendante.
Souvenez-vous : Les avantages en nature sont une forme de rémunération non monétaire, mais qui a une valeur financière. Ceux-ci ont pour effet de venir augmenter votre niveau de rémunération globale lorsqu’ils sont correctement actionnés. Alors : quelle forme peuvent prendre ces avantages en nature ?

  • Le partage d’un fichier client,

  • De la visibilité sur les réseaux sociaux,

  • Un prêt à taux préférentiel,

  • Une mutuelle avantageuse qui va vous permettre de réaliser des économies considérables sur vos frais de santé et ceux de votre famille,

  • Une place en crèche subventionnée par votre entreprise, etc.

Cette liste n’est évidemment pas exhaustive et doit être construite en fonction de votre industrie, de la culture de votre entreprise, de votre tranche de vie, vos objectifs de carrières et de développement de votre structure.


Pour aller plus loin, je vous invite :

RDV le mois prochain pour un nouveau tip Ma Juste Valeur et en attendant, n'hésitez pas à nous poser vos questions en répondant à cette NWL !

Enfin, n’oubliez pas mesdames, c’est VOTRE job de connaître & défendre votre juste valeur, alors : déterminez-la, assumez-la et défendez-la !


On est trop sympa alors on vous répond

Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable.

La question: Dans une de vos story instagram vous parliez “d’investissement alternatif”. De quoi s’agit-il ?

Vanessa, sur notre compte Instagram

Très chère Vanessa, lors d’une publication nous parlions en effet de “classe d’actifs”, et les investissements alternatifs peuvent être considérés comme tels.

En effet, l’on regroupe dans “investissement alternatif”: l’immobilier, les fonds de private equity (ou de venture capital), les fonds de microfinance, les hedge funds, les matières premières ou encore les cryptomonnaies. Pour être simple et concise, on considère comme “alternatifs” tout ce qui n’est pas du cash (ou quasi cash), des actions, ou des obligations (ou des fonds d’actions et/ou d’obligations). En comparaison des actifs traditionnels, les placements alternatifs sont plus complexes, moins réglementés et souvent moins liquides.

On recommande donc ce genre d’investissements aux professionnels ou particuliers avertis, qui se caractérisent par une plus forte tolérance au risque et une bonne connaissance des marchés financiers.


Nos recommandations de ce mois ❤️

Ce mois-ci pour vous préparer à un long week-end de la Pentecôte, nous vous avons préparé une petite liste de lecture:

La vraie vie, d’Adeline Dieudonné, un pavillon en apparence paisible deux enfants sont confrontés à un évènement tragique. Notre héroïne doit donc remonter le temps pour éviter ce tragique événement. Un super livre qui se lit très rapidement, car très passionnant 😊.

Martin Eden, de Jack London, le roman le plus autobiographique de l’auteur et un des livres majeurs de la littérature du XXe siècle. Le rustre marin qui voulait devenir écrivain coûte que coûte, pour l’amooooour ❤️. Passionnant et très beau, un classique à lire et relire.

Fahrenheit 451, De Ray Bradbury, “451” représentent la température à laquelle un livre s'enflamme et se consume. Dans cette société future où la lecture, source de questionnement et de réflexion, est considérée comme un acte antisocial, un corps spécial de pompiers est chargé de brûler tous les livres dont la détention est interdite pour le bien collectif … Encore un livre que vous pourrez terminer en un week-end 🔥


On prend le petit-déjeuner ensemble ?

Chaque mois, Insaff organise un petit-déjeuner en live sur Instagram autour de la #moneyeducation.

Ce mois-ci, ce sera pour partager avec vous les 5 clefs pour créer son entreprise avec succès. Ça se passe sur le compte Instagram de Ma Juste Valeur le 27 mai à 9h ⚡️⚡️⚡️

Les replays des Lives précédents sont disponibles sur l’IGTV du compte Instagram de Ma Juste Valeur.


On n'est jamais à l'abri d'apprendre

Toutes les deux semaines, retrouvez Gaëlle et l'équipe dans un webinaire consacré à vos interrogations sur le monde merveilleux de l'investissement 📺

Mercredi 26 mai: Femtech: cette industrie qui s’occupe - enfin - de la santé de la femme

En 60 min, nous allons approfondir le sujet des FemTech avec une invitée :

👉 Le mouvement FemTech

👉 Plus qu’un investissement

👉 Comment franchir le pas et investir dans une start-up

Je m'inscris

Jeudi 3 juin : Investir dans l’immobilier papier

En 60 min, nous verrons :

👉 L’immobilier une classe d’actifs appart

👉 Les différents fonds d’investissement, et comment les choisir

👉 Qu’est la part à consacrer à l’immobilier dans son portefeuille d’investissement

Je m'inscris

Jeudi 24 juin: Les 10 questions à se poser avant d’investir

En 60 min (enfin on va essayer), nous reverrons les principes de base pour investir:

👉 Point marché sur la première partie de l’année 2021

👉 Pourquoi investir?

👉 Les étapes clés pour investir

Je m'inscris

Les crypto-monnaies : un investissement durable?

Au delà du hype, les crypto-monnaies et tokens sont-ils compatible avec une stratégie d'investissement durable ?

Départ imminent ⛵️🙌

Bonjour chères Capitana,

Gros gros mois pour l’équipe, nous sommes sur le point de mettre en ligne notre nouveau site et d’accueillir nos premières Capitana sur notre plateforme (pour celles qui ne l’ont pas encore fait, n’hésitez pas à vous 👉 inscrire 👈 ).

Levée de fonds, finalisation de notre univers d’investissement, dernières touches de développement de la plateforme, validation de notre agrément avec notre régulateur…autant vous dire que nous naviguons en haute mer ce mois-ci…mais je pense bientôt apercevoir les côtes 🏝

En parlant de mer agitée, nous dédions cette newsletter à l’investissement en crypto-monnaies. J’ai parlé avec beaucoup d’entre vous ces dernières semaines (pour booker un bilan patrimonial gratuite avec moi, c’est ici) et vous êtes beaucoup à me poser des questions sur cette classe d’actifs.

Le fait que vous soyez aussi nombreuses à m’en parler est à la fois un bon et un mauvais signal. Bon parce que cela veut dire que cette classe d’actifs se démocratise et devient plus “mainstream”, ce qui veut également dire plus liquide. Mauvais parce que cela veut dire que le hype atteint des niveaux records, ce qui est rarement le bon moment pour rentrer dans une classe d’actifs aussi volatile. A consommer avec modération donc ;-)

Je vous souhaite un excellent début de printemps et, j’espère, la réouverture prochaine des terrasses pour pouvoir parler investissement et finances personnelles autour d’un verre au 🌞 entre ami.e.s….comme au bon vieux temps (je ne vous en voudrai pas si vos sujet de conversation sont un peu plus éclectiques que ça).

Sommaire de cette newsletter :

📰 Alexandra et Maxime vous expliquent le monde de l’investissement en crypto monnaie. Ils ont tenté de déterminer dans quelle mesure un investissement en crypto-monnaie avait sa place dans un portefeuille durable.

👛 Insaff, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la boite à outil de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » nous partagera ses conseils pour construire sa stratégie de négociation et en déterminer la fourchette.

🎙️ Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable - ce mois-ci : Les niveaux de la bourse sont actuellement hauts. Est-ce que cela va continuer ou est-ce que les bourses vont chuter?

📖 Pour vous occuper pendant vos trajets ou vos séances de sport, nous vous partageons nos podcasts préférés - sur les finances personnelles mais pas que 🤓

📺 Finalement, nos rendez-vous du mois - ce mois-ci :


Les crypto-monnaies : un investissement durable?

Venant du monde de la finance classique, les crypto-monnaies ne faisaient pas partie de mon scope d’investissement. Mais depuis quelques mois maintenant, je m’y intéresse (avec l’aide de notre CTO, Maxime Riggi) avec grand intérêt. 👀👂

Ce contexte est important car, ayant une formation professionnelle en finance de marché “classique”, j’ai découvert ce monde comme n’importe quelle "débutante”🕵‍♀. Révolution pour certains, valeur refuge pour d’autres ou encore arnaque spéculative pour les plus sceptiques, le monde des crypto-monnaies a fait couler beaucoup d’encre depuis l’apparition du bitcoin il y a maintenant 12 ans. Première crypto-monnaie, le bitcoin a posé les fondations d’une nouvelle industrie qui a permis de nouvelles innovations. Il existe aujourd’hui des milliers de crypto-monnaies ou de tokens (un token est un actif numérique émis et échangeable sur une blockchain).

Ma mission ce mois-ci est de vous aider à naviguer à travers le fonctionnement de la blockchain et certains de ses concepts 🤓.

Si investir dans des tokens est plutôt facile grâce aux nombreuses plateformes existantes, je vous expliquerai comment analyser et estimer la qualité d’un token en tenant compte également de critères d’impact environnemental et social. 

Qu’est-ce que la blockchain?

La blockchain a été connue d’un public spécialisé au profil “tech” en 2008, à la suite de la publication du “white paper” de Satoshi Nakamoto, créateur du bitcoin. Le bitcoin a commencé à être connu du grand public un peu plus tard. Vous avez peut-être entendu parler de cette pizza achetée pour 10 000 bitcoins en 2010 (la valeur des deux pizzas 🍕 étaient alors de $25 et un bitcoin vaut à peu près $55 000 à l’heure actuelle… Je vous laisse calculer le prix de cette pizza aujourd’hui...) 💥

Une blockchain, comme son nom l’indique, est une chaîne qui regroupe des blocs de données et serait comme un registre public, un grand livre de compte avec la visibilité et l’historique de toutes les transactions entre deux contreparties. Ce registre garde sous forme de blocs la trace de toutes les transactions effectuées: des touts premiers blocs, aux plus récents, dans le monde entier. 🌍

Source : https://www.bitpanda.com/academy/fr/lecons/comment-fonctionne-une-blockchain/

Dans le système monétaire actuel ce registre de données est privé, détenu par les banques qui sont les agents centraux, contrairement au réseau blockchain dans lequel le registre est constamment mis à jour et partagé entre ses membres.

Source : https://www.economie.gouv.fr/entreprises/blockchain-definition-avantage-utilisation-application

De la blockchain à la Finance décentralisée  

Lorsque le bitcoin a été créé, après la crise financière de 2008, son créateur Satoshi Nakamoto cherchait une alternative aux moyens de paiement classiques: “Le besoin est d’avoir un système de paiement électronique basé sur une preuve cryptographique au lieu de la confiance, permettant à deux parties volontaires de réaliser entre elles des transactions sans le besoin d’un tiers de confiance”, afin de contourner les banques dans lesquelles il avait perdu confiance. 🙅

Décentralisée signifie qu’un réseau n’est pas contrôlé par une seule entité. Si faire ses courses dans un supermarché est centralisé, acheter chez un fermier local 🧑‍🌾 est décentralisé: les produits vont directement des champs du fermier au panier du consommateur, au lieu de passer par un distributeur. Les crypto-monnaies sont décentralisées car tous les gens connectés dans le monde vérifient les paiements passés et les nouveaux paiements, sans intervention d’un intermédiaire bancaire. 

La DeFi (Decentralized Finance ou finance décentralisée) trouve donc son origine dans la rupture de confiance dans notre système monétaire. Lors de la crise de la dette à Chypre, les banques se sont servies sur les comptes des particuliers pour éponger cette dette (10% sur tous les avoirs au-dessus de 100.000 euros 😟). La finance décentralisée a été pensée pour faire face à ce genre de problème. Si les banques chypriotes de l’époque avaient utilisé la blockchain, elles n’auraient jamais pu se servir sur le compte des clients. Les autres utilisateurs de la blockchain n’auraient pas autorisé ces transactions.

La finance décentralisée veut aussi résoudre les problèmes de digitalisation de la monnaie.  Nous utilisons de moins en moins de cash dans les pays développés. L’objectif de la finance décentralisée est de supprimer le cash en circulation. Dans le système actuel, cela impliquerait que toutes les transactions soient enregistrées.

Il n’y aurait plus d’anonymat et les frais de transaction seraient systématiques (lorsque l’on paye via des terminaux de paiements, les commerçants paient des frais de transactions à leur banque, visa ou mastercard etc.). Les adeptes de la finance décentralisée s’inquiètent des conséquences sur les libertés individuelles. Un gouvernement pourrait décider de bloquer vos avoirs en banque, les banques auraient une vue quasi complète de vos faits et gestes au travers de vos transactions...  👀

Les crypto-monnaies ont été construites comme une alternative à ce système centralisé,  une sorte de “cash numérique”, transférable sans intermédiaire, sans frontière et sous couvert d’anonymat. 🛡

Les crypto-monnaies ont-elles leur place dans un portefeuille durable? 

Le bitcoin, première crypto-monnaie, est régulièrement critiqué pour ses besoins massifs en électricité. Les crypto-monnaies rimeraient-elles forcément avec désastre écologique? Nous allons voir que chaque crypto-monnaie est différente dans sa conception et que cette industrie est aussi porteuse d’innovations sociales.

Impact environnemental

L’université de Cambridge a développé un indice (CBECI), qui permet d’estimer la consommation électrique du bitcoin. Selon cet indice, la consommation annuelle du bitcoin représenterait plus de 0,6% de la production électrique mondiale, plus que la consommation de la Norvège. Pour être encore plus parlant, selon George Kamiya, analyste de l’agence internationale de l’énergie (AIE), la production de bitcoin en une heure serait plus énergivore que la recharge d’un véhicule électrique, mais beaucoup moins que la consommation d’une climatisation par exemple. ⚡⚡⚡ 

Le problème est tel que la région de Québec a dû réguler l'électricité aux mineurs (les personnes intervenant dans la validation des transactions). Ils n’ont tout simplement plus accès à l’énergie publique et doivent se fournir en électricité par leurs propres moyens. Cette région froide est propice aux mineurs dont les systèmes informatiques produisent beaucoup de chaleur. Grâce aux barrages hydroélectriques tout proches, l’énergie au Québec est la moins chère d'Amérique du nord. Les nombreux mineurs utilisaient toute l’énergie, qui était alors insuffisante aux résidents.

Mais qu’est-ce qui cause toute cette dépense d’énergie?

Pour mieux comprendre, passons brièvement sur le fonctionnement d’une transaction en bitcoin. Chaque détenteur de bitcoin a un portefeuille électronique. De ce portefeuille électronique, il peut initier des ordres de transfert. Ces demandes de transactions sont envoyées sur le réseau dans un “pool” et sont en attente de validation par les mineurs.

Les mineurs sont les acteurs de la chaîne qui ont leur propre noeud, c’est-à-dire qu’ils ont une copie de toute la chaîne sur leur ordinateur. Les mineurs vont sélectionner un certain nombre de transactions en attente, vont vérifier dans la chaîne que ces transactions sont exécutables (c’est-à-dire que le portefeuille duquel est partie la demande possède effectivement les bitcoins qu’il veut transférer) et va grouper un certain nombre de transactions au sein d’un bloc qu’il va ensuite soumettre aux autres mineurs pour validation et ajout dans la chaîne de blocs.

Avant de pouvoir être ajouter, ce bloc doit obtenir une empreinte numérique. Cette empreinte numérique est obtenue en résolvant, pour chaque bloc, un problème mathématique très complexe et différent pour chaque bloc, qui demande une grande capacité de calcul.

Le premier mineur à obtenir cette empreinte pour un bloc peut le diffuser pour validation par les autres mineurs. En cas de consensus, le bloc est ajouté à la blockchain et le mineur qui a haché obtient la preuve du travail accompli (proof of work) et peut percevoir les frais des transactions ainsi ajoutées à la blockchain.

Le taux de hachage mesure donc la puissance de traitement et le nombre de tentatives faites pour résoudre un bloc et par conséquent la puissance de calcul utilisée et l’énergie consommée pour ce faire.

Comme chaque algorithme de résolution des blocs est différent pour chaque blockchain, certains algorithmes plus performants permettent à certaines crypto-monnaies d’être moins énergivores. 🤓

Dans le tableau ci-dessous vous verrez la puissance nécessaire au minage pour les 20 crypto-monnaies les plus importantes. Plus le hachage est rapide (7ème colonne), efficient, moins le minage demande d’énergie et donc polluera moins.

Les moins polluantes sont le Bitcoin gold, le Monero, le Zcash, Horizo, Komodo etc. Bien entendu une analyse d’une crypto se fait en analysant son volume quotidien également (vous aurez besoin de volume pour avoir de la liquidité), et vous pouvez aussi lire le “white paper” 📓 qui va avec et qui fait office de description de projet de la crypto-monnaie.

De nombreux tokens ne figurent pas dans le tableau ci-dessous car les tokens ne nécessitent pas tous d’être miné. Certains s’appuient sur une crypto-monnaie pour cela comme l’ethereum, deuxième crypto monnaie la plus populaire. Nous y reviendrons par la suite.

Source : https://www.cell.com/joule/pdfExtended/S2542-4351(20)30331-7

Sur la base des leçons apprises des crypto-monnaies, le plus important est de bien différencier les algorithmes gourmands en énergie et les algorithmes éco-énergétiques (les réseaux autorisés que l’on appelle “Proof of Stake”, n'ont pas besoin de processus de validation énergivores comme le “Proof of Work”).

Impact social

L’industrie des crypto-monnaies pèse plus de 250 milliards de dollars en termes de capitalisation. Cependant, son impact social n’est pas encore totalement quantifiable en termes de créations d’emplois, de diversité ou de contribution aux objectifs de développement durable.

Nous avons quelques données sur certaines de ces compagnies implantées en Suisse dans ce que l’on nomme la “Crypto Valley” 🌄, où plus de 5000 employés travaillent dans des entreprises comme Ethereum, Nexo, Cardano etc. La résilience de ce secteur pendant la crise a été nettement meilleure que le secteur financier traditionnel.

Les crypto-monnaies sont également un moyen de rendre la finance accessible à un plus large public. Près de la moitié de la population mondiale n’a pas de compte bancaire actif, et la tendance va à la démonétisation, comme en Inde en 2016 (même si l'expérience a été un échec). Certaines personnes ne préférant pas se tourner vers les banques (par exemple qui ne peuvent pas se permettre de payer des frais bancaires) pourront facilement accéder aux marchés des crypto-monnaies avec un simple téléphone 📱 et une connexion internet, ce qui permettrait de faciliter leur inclusion économique. Les crypto-monnaies et autres tokens sont également un moyen de familiariser les gens avec l’investissement. Même si en tant que gérante de portefeuille je ne vous dirai jamais d’investir trop d’argent dans les crypto-monnaies, c’est un moyen d’intéresser les gens à la finance, qui pourraient se décider par la suite à investir dans des actifs plus traditionnels comme les obligations, les actions, etc.  

Pour compléter cette analyse nous avons essayé de trouver des tokens spécifiques aux énergies vertes 🌱, ou à l’économie circulaire. L’offre est encore rare, mais se développe, et les tokens disponibles sont peu populaires, donc ils manquent de liquidité. Nous allons nous concentrer sur le token le plus liquide de cette catégorie, le Moss Carbon Credit. MOSS est une plateforme environnementale, qui fournit des crédits carbone aux particuliers et aux entreprises de toutes tailles qui souhaitent compenser leurs émissions. Un crédit carbone représente une tonne de carbone captée ou non rejetée.

En acquérant et en retirant un crédit carbone, vous pouvez compenser une tonne d'émissions de carbone. Concrètement 1 Crédit Carbone = un certificat numérique qui prouve qu'une entreprise ou un projet environnemental (projets de conservation des forêts, reboisement de zones dévastées, énergie propre, biomasse, etc.) a évité l'émission de 1 tonne de CO2eq (dioxyde de carbone) dans une année donnée. C’est un peu le même principe que lorsque vous payez une taxe CO2 sur votre billet d’avion.

Source : https://v.fastcdn.co/u/f3b4407f/54475626-0-Moss-white-paper-eng.pdf

Comment investir dans les crypto-monnaies et autres tokens?

Pour acheter des coins ou des tokens, il faut passer par une plateforme d’échange. Les plus connues sont Coinbase (qui vient d’entrer en bourse le 15 avril), Binance et Kraken. L’équipe a testé pour vous plusieurs autres plateformes 👩‍🏫, en particulier Nexo et SwissBorg qui proposent des rapports plus “accessibles” en ce qui concerne la gestion de votre portefeuille de crypto-monnaies. Le désavantage par contre c’est qu’il y a moins de tokens ou coins listés sur ces plateformes que sur les grandes plateformes comme Binance. 

Revolut, propose également le trading de crypto-monnaies et est assez simple d’usage. Qui plus est, vous pourrez en l’espace de quelques minutes convertir vos crypto-monnaies en euro et les dépenser immédiatement avec votre carte Revolut. Il faut savoir que de plus en plus de plateformes proposent des cartes de paiement 💳comme Binance, ou Nexo qui devrait en proposer une bientôt.  

Avant de foncer sur une plateforme et d’investir dans les crypto-monnaies, sachez que ce sont des investissements extrêmement risqués et volatiles❗

En effet, les mouvements dans la journée peuvent être de 10/20%, contre 3 /4% pour les actions. Vous serez sans doute euphorique quand votre portefeuille s'appréciera de 20% en quelques jours, mais il faudra rester en contrôle de vos émotions! Investir dans les crypto-monnaies est un véritable ascenseur émotionnel. 🙂🙃🙂

Si vous avez conscience de cela, vous pourrez commencer à choisir les cryptos monnaies qui vous paraissent les plus intéressantes (vous pourrez trouver toutes les cryptos monnaies sur ce site, avec leurs descriptions et leurs cours d’achats et de ventes) en n’oubliant pas de les diversifier. Le principe de diversification (que l’on prône dans tous nos papiers et webinars 😉 ) est toujours d’actualité pour cette classe d’actifs. Enfin, il est recommandé de ne pas investir toute son épargne en cryptos. En fonction de votre profil de risque et de votre situation personnelle, la fourchette recommandée est entre 1 et 15%. 

Comment déterminer quel token ou coin acheter si on veut se lancer dans l’investissement en crypto-monnaies ?

Il y a plusieurs facteurs à analyser pour “bien” investir en crypto-monnaies et aller au-delà du “buzz”:

  1. le projet sous-jacent et son potentiel

  2. la qualité de l’équipe tech

  3. le “track record” et la roadmap de développement

  4. le listing

  5. la liquidité

  6. l’évolution historique du cours et les anticipations des algorithmes de prédiction

Pour vous aider à commencer votre analyse, l’équipe et moi-même avons pensé à une sélection de crypto-monnaies et tokens à regarder 🕵‍♀:

  • L’Ethereum, créé par Vitalik Buterin, de nombreux tokens comme Chainlink, Enjin, Uniswap utilisent l’ethereum pour “backer” leurs tokens.

  • Polkadot, est un protocole qui facilite le transfert inter-chaîne de tous les types de données ou d'actifs, pas seulement des tokens, rendant ainsi une large gamme de chaînes de blocs interopérables les unes avec les autres.

  • Bitcoin, impossible de passer à côté 😉

  • PAX Gold, le token qui s'appuie sur de l’or physique, est un peu moins volatile que d’autres crypto-monnaies. 

  • Uniswap, protocole de finance décentralisée, vise à maintenir le trading de tokens automatisé et complètement ouvert à quiconque détient des tokens, en optimisant l'efficacité du trading par rapport à celle des échanges traditionnels. Il permet à la fois l’échange, le dépôt et l’emprunt de différents tokens.

  • Le XRP, a été crée par Ripple afin d’accélérer les paiements et amoindrir les coûts des transactions.

  • Cardano, est une "blockchain-infrastructure" publique conçue pour l'établissement de smart contracts et applications décentralisées.

Le risque encouru, et comment s’assurer de la sécurité de votre plateforme

Lorsque vous commencerez à investir via des plateformes en ligne, il y a quelques mesures à prendre en termes de sécurité. 🧐

La première chose est bien entendu d’avoir un mot de passe solide 💪, si possible généré automatiquement et enregistré sur votre appareil. C’est le point le plus important et pourtant encore le plus ignoré, avec des mots de passe comme azerty toujours très à la mode! Vous ne laissez pas votre clé cachée sous le paillasson non plus j’espère 😁.

La deuxième chose est en fonction des montants investis. Si vous avez plusieurs plateformes d’investissement, alors répartissez le capital entre chacune d’entre elles et évitez ainsi le risque de hack (les pirates informatiques favorisent les gros comptes comme cible), et diversifiez le risque des plateformes. 

La troisième chose est de choisir deux facteurs d’authentification dans la mesure du possible. Deux facteurs d’authentification peuvent être un code et une authentification avec votre visage ou empreinte digitale sur votre téléphone par exemple; ou un code manuel, plus un code généré automatiquement qui vous sera envoyé via sms ou email. 

Je suis la première à pester contre toutes ces authentifications car cela peut prendre du temps (surtout quand vous oubliez vos multiples mots de passe), mais c’est pour votre bien 😉  

Bien entendu, n’oubliez pas les principes de base de la construction d’un portefeuille. Respectez absolument votre profil de risque. Si vous êtes plutôt conservateur alors focalisez vous sur des crypto-monnaies comme le PAX Gold (un token basé sur le cours de l’or), et évitez les crypto-monnaies très volatiles (elles le sont quasiment toutes, je préfère vous le rappeler 😅 ). N’oubliez pas de toujours diversifier votre portefeuille, n’achetez pas une seule crypto-monnaie, mais plusieurs en ne dépassant pas 15% de vos actifs totaux.


Bienvenue dans notre rubrique « Le tips du mois de Ma Juste Valeur » par Insaff El Hassini, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de l’initiative Ma Juste Valeur : première formation + podcast au monde sur la négociation de rémunération.

Tous les mois, elle vous partage un conseil pour vous aider à briser le tabou autour des femmes et de l’argent, vous apprendre à demander et à obtenir la rémunération que vous méritez et vous construire une carrière à votre juste valeur.

Tips du Mois :

Bienvenue dans notre rubrique « Le tips du mois de Ma Juste Valeur » par Insaff El Hassini, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de l’initiative Ma Juste Valeur : première formation + podcast au monde sur la négociation de rémunération.

Tous les mois, elle vous partage un conseil pour vous aider à briser le tabou autour des femmes et de l’argent, vous apprendre à demander et à obtenir la rémunération que vous méritez et vous construire une carrière à votre juste valeur.

Tips du Mois : « Construire sa stratégie : la fourchette de négociation»

Bonjour à toutes ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle chronique « Ma Juste Valeur ».

Les mois précédents nous avons vu ensemble comment déterminer ce que vous vouliez, ce que vous valiez sur le marché de l’emploi, pour découvrir le juste salaire applicable à votre profil sur le marché du travail.

Ce mois-ci, nous allons voir ensemble comment construire une stratégie de négociation vous permettant d’obtenir – facilement – votre juste valeur auprès d’un recruteur ou d’un client. 

Souvenez vous : Négocier = déterminez ce que l’on vaut, ce que l’on veut, puis apprendre à le demander. 

Elaborer une fourchette de négociation est la première étape de votre stratégie de négociation.

Alors : Qu’est ce que la fourchette de négociation? 

C’est une série de 4 chiffres, 4 salaires, tarifs ou traitement (en fonction e votre statut) que vous allez identifier en vous appuyant sur vos précédentes recherches:

  • Rémunération idéale : la rémunération que vous souhaitez obtenir dans le meilleur des cas,

  • Rémunération réalisable : la rémunération que vous êtes vraisemblablement en mesure d’obtenir,

  • Rémunération acceptable : la rémunération qui se situe dans la fourchette basse de la rémunération représentative de votre juste valeur, et enfin

  • Rémunération seuil ou NO GO : la rémunération en dessous de laquelle vous refuserez un emploi, une mission car en dessous de votre juste valeur sur le marché de l’emploi.

La mise en place d’une fourchette de négociation est fondamentale dans la mise en place d’une stratégie de négociation, car celle-ci va vous permettre d’avoir en tête, en amont de tout échange, les niveaux de rémunérations clefs pour votre profil ; et surtout, car celle-ci vous permet de ne jamais tomber dans le piège d’accepter une rémunération, qui se révèlerait à terme, ne pas être représentative de votre juste valeur !

Pour aller plus loin, je vous invite:

RDV le mois prochain pour un nouveau tip Ma Juste Valeur et en attendant, n'hésitez pas à nous poser vos questions en répondant à cette NWL !

Enfin, n’oubliez pas Mesdames, c’est VOTRE job de connaître & défendre votre juste valeur, alors : déterminez-la, assumez-la et défendez-la !


On est trop sympa alors on vous répond

Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable.

La question: Les niveaux de la bourse sont actuellement hauts. Est-ce que cela va continuer ou est-ce que les bourses vont chuter?

Adrien, sur notre compte Facebook

Cher Adrien, il est toujours difficile, voire impossible de prédire les mouvements boursiers. Les stimuli monétaires des banques centrales ont grandement soulagé leurs activités économiques respectives, touchées par le covid, et les marchés financiers se portent très bien. Pour rappel depuis le début de l’année le S&P 500 (indice de référence des actions américaines) a performé de +11,7%, et le Stoxx 600 (indice de référence des actions européennes) a lui performé de +8,4%. On peut donc se demander avec raison si cette performance va continuer?

Je n’ai malheureusement pas de boule de cristal, et le seul conseil que je pourrais donner et d’investir sur le long terme (minimum 3 ou 4 ans), en mettant tous les mois un petit peu, à son propre niveau, afin de ne pas être impacté par un mauvais point d’entrée. Le point d’entrée, c’est le prix d’achat de l’action (ou autre actifs financier).

En général, on conseille de suivre le principe “DCA” pour dollar cost averaging. Concrètement, cela suppose d’investir de manière systématique et régulière un certain montant, ce qui permet d’acheter peu quand les prix sont hauts et beaucoup quand les prix sont bas et ainsi, sur la durée, de lisser les prix et d’arriver au “juste prix”.


Nos recommandations de ce mois ❤️

Ce mois-ci nous allons vous donner quelques unes de nos sources d’inspirations sur instagram, ou sur podcast:

Ninasfinance, Nina Baka est une coach financière qui va vous aider à maitriser votre budget! “Vos fins de mois sont difficiles? Dans le rouge? Epargner est compliqué? Vous voulez la sérénité financière? Un projet à realiser? Je peux vous aider!”

Génération Do It Yourself, animé par Matthieu Stefani qui reçoit des entrepreneurs, sportifs ou artistes, pour partager leurs success story.

La Martingale, également animé par Matthieu Stefani qui parle argent, finances personnelles et investissements.

Entendez-vous l’éco? sur France Culture animé par Tiphaine de Rocquigny. Cette émission “fait résonner toutes les déclinaisons de l’économie et de son impact sur la société. Pour que, dans le brouhaha d’une actualité souvent saturée, l’éco parvienne jusqu’à nous… “

Les couilles sur la table, un jeudi sur deux, Victoire Tuaillon parle en profondeur d’un aspect des masculinités contemporaines avec un·e invité·e. Parce qu’on ne naît pas homme, on le devient.

La newsletter de Sista, un collectif qui réduit les inégalités de financement entre femmes et hommes entrepreneurs. La newsletter mensuelle de SISTA met en perspective les actus des femmes de la tech. 


On prend le petit-déjeuner ensemble ?

Chaque mois, Insaff organise un petit-déjeuner en live sur instagram autour de la #moneyeducation.

Ce mois-ci, Gaëlle sera à nouveau avec elle pour parler de l’investissement en crypto-monnaies. Ca se passe sur le compte instagram de Ma Juste Valeur le 29 avril à 9h ⚡️⚡️⚡️

Les replay des live précédents sont disponibles sur l’IGTV du compte Instagram de Ma Juste Valeur.


On n'est jamais à l'abri d'apprendre

Toutes les deux semaines retrouvez Gaëlle et l'équipe dans un webinar consacré à vos interrogations sur le monde merveilleux de l'investissement 📺

Jeudi 22 avril: Investir dans l’art

En 60 min, nous échangerons sur les thèmes suivants :

👉 Investir dans l’art en achetant des oeuvres en direct

👉 Investir au travers de fonds d’art

👉 Investir au travers de Token NFT (on vous expliquera ce que c’est ;-) )

Je m'inscris

Jeudi 5 Mai: Investir dans la finance décentralisée et les crypto-monnaies

En 60 min, nous reviendrons en détail sur les crypto-monnaies :

👉 Qu’est-ce que la blockchain, et un crypto-actifs?

👉 Les différentes crypto-monnaies et autres tokens

👉 Comment construire son portefeuille de crypto-actifs?

Je m'inscris

Jeudi 20 Mai: Investir dans l’immobilier papier

En 60 min, nous verrons :

👉 L’immobilier une classe d’actifs appart

👉 Les différents fonds d’investissements, et comment les choisir

👉 Qu’elle est la part à consacrer à l’immobilier dans son portefeuille d’investissement

Je m'inscris


C’est tout pour ce mois-ci, merci de nous avoir lu et à très bientôt!

Gaëlle, Alexandra et toute l’équipe Capitana with love ⛵️🙌!

PS : Je sais bien que je vous l'ai déjà dit, mais je vous le dis quand même : si vous aimez notre contenu, vous pouvez nous aider à nous développer.

Comment ? En incitant au moins 3 amies à s'inscrire à notre newsletter. Vous seriez notre meilleure amie ! Je le pense vraiment. 😘

Share Capitana’s Newsletter

PS2 : Mettez cette adresse en favoris pour être sûr de ne rien rater !

Loading more posts…