Les 10 questions à se poser avant d'investir.

Les dix questions à se poser avant d'investir, parce que, oui, investir c'est la vie 🧐

Bonjour chère Capitana ⛵️🙌,

Les masques tombent 😷 (littéralement), les terrasses se remplissent…ç’est l’été, enfin!

Avant de vous souhaiter de bonnes vacances 🏝 bien méritées, voici notre dernière newsletter avant la rentrée (enfin, presque, Alexandra vous concocte une “hors-série” spéciale pour l’indolence du mois d’août)… avec une chouette nouvelle 📣 à vous annoncer en primeur : nous venons de clôturer une 2e levée de fonds! Pour celles qui savent, pas besoin d’explications, vous pouvez passer au sommaire 🤗.

Pour celles qui ne savent pas ce qu’est une levée de fonds : pour une jeune entreprise innovante comme StarTalers, le financement de la phase de recherche et développement se fait souvent sous forme de “levée de fonds”, c’est-à-dire d’une augmentation de capital sous la forme de cession d’actions de la société contre du cash qui sert à financer le développement initial de nos produits et solutions avant de pouvoir les commercialiser.

Les investisseurs qui achètent ces actions deviennent actionnaires de StarTalers et sont appelés “business angels” si ce sont des particuliers, ou fonds de “capital risque” si ce sont des fonds spécialisés.

Si vous êtes curieuse et souhaitez en savoir plus, scrutez notre profil Linkedin ou Instagram dans les prochains jours l’annonce officielle!

J’en profite pour remercier toutes et tous nos business angels et investisseurs institutionnels pour leur soutien depuis le tout début, celles et ceux qui me lisent se reconnaîtront!

L’autre bonne nouvelle, c’est que cette étape va nous permettre de vous faire découvrir notre app Capitana très très bientôt, en particulier pour celles et ceux qui se sont préinscrits (si ce n’est pas encore fait, vous pouvez encore le faire juste ici ).

Pendant que vous vous prélasserez au soleil, au bord de la mer, en montagne ou au bureau pour les moins chanceux, nous serons dans les starting blocks pour mettre la touche finale à l’application et vous retrouver à la rentrée.

Et pour vous accompagner dans vos lectures, voici les réponses aux questions à se poser avant d’investir - ça tombe bien, vous serez prête pour la rentrée ainsi ;-)

Bonnes vacances et à très bientôt!

Gaëlle

Sommaire de cette newsletter:

🗺 Alexandra vous délivre les réponses aux questions essentielles à se poser avant d’investir. Et oui! Investir est un bien large domaine et pour s’y aventurer il faut y être préparer 📄. Réponse dans quelques instants… 😉

👛 Insaff, avocate dans le secteur financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la boite à outil de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » nous partagera ses conseils pour « Mener une discussion autour de sa rémunération d’entrée».

🎙️ Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable - ce mois-ci : comment a-t-on accès aux dividendes?

☀️ Quelques idées d’activités pour un été plus smart 🧠

📺 Finalement, notre dernier rendez-vous avant septembre :

  • “Les 10 questions à se poser avant d’investir” le 01/07

    Nous attendons vos questions, remarques et interrogations sur le sujet, pour construire un webinar fait sur-mesure pour vous, nos capitana 🤩 écrivez donc à Alex, à cette adresse: alexandra@startalers.com

    Sinon faites bien vos devoirs, on se retrouve en septembre pour de nouvelles aventures 📚


Investir oui ? Mais comment s’y prendre et quelles questions se poser ?

Vous avez forcément entendu parler d’investir et encore plus récemment!

À l’heure actuelle, et en raison de toutes ces incertitudes (bonjour, monsieur covid 🦠), il est essentiel de penser à investir dans le but de préparer son futur.

2021 semble être pour l’instant une année pleine de promesses avec l’arrivée des premiers vaccins. Que l’on soit pour ou contre ils sont synonymes de sortie de crise sanitaire. 

Cette promesse d’un avenir plus “aéré” va peut-être pousser les plus indécis à investir.

Un tas de questions vous traversent l’esprit et c’est légitime : “Comment commencer à investir?”, “Où investir?” et surtout “comment investir intelligemment?” 🤔

C’est pourquoi notre experte des marchés (coucou Alex) vous fait un état des lieux de la situation actuelle et répond à dix questions qui sont nécessaires à toute personne souhaitant commencer à investir.

Bilan à la mi-temps : qu’attendre des marchés pour le 2e semestre 2021 ? 

Plus d’un an après le début de la pandémie, est-on au bout du tunnel? 🚇

C’est en tout cas ce que semblent penser les investisseurs, à l’image des marchés financiers mondiaux qui ont gagné +82% depuis le point le plus bas de mars 2020, et +12% depuis le début de l’année (données au 11/06/2020). Les aides gouvernementales, les plans de relance, l’arrivée des vaccins semblent nous montrer une sortie du covid permanente en 2022. 

La seule ombre au tableau semble provenir d’un retour de l’inflation, nécessaire, qui viendrait ralentir (et non stopper) l’injection de cash des banques centrales dans l’économie. Concrètement, cela signifie que les taux d’intérêt devraient repartir à la hausse, entraînant une hausse des coupons obligataires et donc de nouvelles émissions plus attrayantes pour les investisseurs qui pourraient délaisser certaines actions jugées "surévaluées". Comme le secteur de la technologie américaine par exemple, qui a souffert en ce deuxième trimestre 2021, mais dont la performance reste bonne en termes absolus avec +8% depuis le début de l’année pour le Nasdaq (indice action américain axé sur le secteur de la technologie).

données au 11/06/2021

données au 11/06/2021

1. Pourquoi investir?

Jusqu'à récemment, nous avons bénéficié d'un système favorable qui prenait en charge les éléments principaux qui nécessitent de l'épargne. Ces éléments principaux de la vie, ce sont bien sûr la retraite, l'éducation des enfants et la santé. En Europe, nous sommes plutôt chanceux, car nous sommes "accompagnés" et finalement jusqu'à récemment nous n’avions pas vraiment besoin de nous préoccuper de ces éléments principaux de vie. Ce système, comme nous le savons, commence à s'essouffler et il est très clair qu'il ne pourra pas porter aussi bien chacun des citoyens dans le futur, et il faut prendre en charge soi-même son avenir financier. 

Il est important de se poser cette question assez tôt, afin de constituer son patrimoine, d’établir une certaine sécurité financière car détenir du cash sur son livret d’épargne ne rapporte plus autant qu’avant. Investir est donc une nécessité! Mais vous ne pensiez pas qu’on vous dirait le contraire. 

Vous trouverez plus d’éléments de réponses dans l’interview qu’Alexandra a menée avec Inès de Dinechin, membre du comité d'investissement de StarTalers.

2. Comment calculer sa capacité d’épargne ?

Il est important de savoir quel montant vous pouvez mettre de côté chaque mois, afin d’épargner et investir. Nous adorons suivre sur Instagram Ninafinance, qui vous aidera à bien gérer vos finances, afin de dégager/augmenter votre capacité d’épargne. Il vous faut avant tout construire votre budget personnel, déterminer les dépenses essentielles des dépenses plaisir 🤑. Les dépenses essentielles sont les dépenses auxquelles on ne peut pas échapper (loyer, assurances, mutuelles, électricité, etc. ) ces dépenses ne doivent pas dépasser les 50% (même si selon certaines villes les loyers peuvent contraindre cette règle). 30% de vos revenus sont destinés aux dépenses “plaisir”, comme des vacances, du shopping. Enfin, les 20% restant devraient être alloués à l’investissement et à l’épargne.

Il faut noter qu’avant de commencer à investir vous devez constituer votre fond d’urgence (3 à 6 mois de dépenses “essentielles”), qui sera en cash, afin d’avoir une réserve en cas de coup dur. 

3. Quel est mon profil de risque ?

Votre profil de risque est très important. Il faut prendre son temps et y réfléchir pour le déterminer. Le profil de risque va varier en fonction de votre âge (plus âgée, moins de risque sur vos placements), de votre horizon d’investissement (horizon d’investissement plus court, actifs financiers moins exposés au risque), et bien sûr votre appétence au risque. Vous n’aurez peut-être pas du tout envie de vous exposer à la moindre variation négative de votre capital, même si cela implique de plus faibles performances ❌

Une astuce pour vous donner une première idée du risque que vous pourriez prendre est de déduire de 100 votre âge et cela vous donnera votre répartition action/obligation dans le cadre d’un horizon d’investissement long terme. Par exemple, si vous avez 25 ans, 75% de votre allocation sera des actions et 25% des obligations si vous investissez pour votre retraite. Si vous avez 60 ans alors votre pourcentage d’actions serait de maximum 40%, pour 60% d’obligations. Cette règle est simpliste, mais vous donne une première base pour guider votre allocation.

Pour rappel, historiquement les actions sont plus risquées, car plus volatiles que les obligations. 

4. Quel projet, quel horizon d’investissement ?

Pour faire suite au profil de risque, déterminer pour quel projet vous voulez investir est primordial. Le mieux est de créer pour chaque projet un portefeuille d’investissement distinct, afin de gérer le risque, l’horizon d’investissement et donc la liquidité qui sera distincte pour chaque projet. Par exemple, si vous prévoyez de prendre un congé sabbatique de 6 mois pour faire le tour du monde dans 3 ans, il vous faut dès à présent placer de l’argent tous les mois afin d’atteindre votre objectif de 15 000 euros. Un horizon d’investissement de 3 ans est assez court et il vous faudra commencer avec peut-être 40/50% d’actions dans votre portefeuille et réduire ce pourcentage au fur et à mesure que vous vous rapprocherez de l’échéance, afin de minimiser le risque de perte. Ce projet d’investissement/portefeuille sera totalement différent de votre objectif long terme tel que préparer votre retraite.

5. Comment choisir sa plateforme d’investissement ?

Le choix de la plateforme est très important, car c’est ce qui va vraiment vous “lancer”. Le critère le plus important pour bien choisir sa plateforme d’investissement, est que vous soyez à l’aise avec! Certaines plateformes sont plus intuitives, ergonomiques que d’autres et cela sera différent pour chacun d’entre nous. Il vous faudra comparer les coûts de chacune d’entre elles et faire la chasse aux frais cachés! La plupart des plateformes d’investissement sont en exécution seulement, cela signifie que vous ne serez pas conseillé, et que c’est à vous seulement de gérer votre portefeuille, cela peut-être intimidant lorsque l’on commence, c’est pourquoi avant de devenir plus à l’aise avec l’investissement, vous devez commencer avec des petits montants. E-Toro, Boursorama, Revolut, sont des plateformes assez réputées et faciles pour commencer. Certaines plateformes comme Capitana 🌫️ (que nous lancerons cet automne) investissent pour vous ! 

Avant de vous engager, surtout n'hésitez pas à vérifier que la société ne soit pas une plateforme frauduleuse, ou qu’elle ne soit pas régulée. Vous pouvez vérifier notamment sur le site de l’AMF pour la France, la CSSF pour le Luxembourg ou la FSMA pour la Belgique. 

6. Ai-je besoin d’un professionnel?

Choisir de déléguer sa gestion à des professionnels peut paraître inaccessible et réservé aux plus fortunés. C’est souvent le cas et vous trouverez ce service en banque privée le plus souvent ou auprès de gestionnaires de patrimoine. Les banquiers en agence ne sont souvent pas suffisamment formés pour vous conseiller de la meilleure des façons et ils auront tendance à vous conseiller des produits internes sur lesquels leur bonus est calculé. 

Il existe une autre solution: celle de vous former pour comprendre la base de l’investissement et enfin choisir un portefeuille d’investissement en ligne avec votre profil de risque et vos valeurs. La plateforme de StarTalers, Capitana (disponible à l’automne) sera alors la plateforme idéale pour vous accompagner dans vos investissements. Des portefeuilles construits pour vous, et du contenu éducatif pour que vous vous posiez les bonnes questions ;)

7. Quand commencer?

Vous êtes maintenant décidé, c’est sûr 😀 alors quand se lancer? 

Immédiatement! Nous revenons suffisamment là-dessus dans toutes nos publications: le meilleur timing c’est tous les mois un petit peu ;) 

Ainsi vous n’avez pas à vous soucier du “market timing”, du meilleur point d’entrée. En effet, investir petit à petit tous les mois sur une longue durée vous permettra de “lisser” votre point d’entrée: si vous entrez au point le plus haut un mois, le mois d’après le prix d’achat sera peut-être plus bas, etc. 

Alexandra a interrogé Stefan Van Geyt sur le sujet, membre du comité d'investissement de StarTalers.

8. Quel montant est nécessaire pour investir? 

Il n’y a pas de montant minimum, le mieux étant de commencer le plus tôt possible même s'il s'agit de petits montants au début, il faut se lancer même avec 50 euros par mois. Avec les intérêts composés, l'argent va travailler tout seul. Évidemment, le choix de la plateforme d’investissement a son importance car certaines vous prélèvent des frais fixes élevés, ce qui ne sera pas rentable et annulera votre performance. C’est souvent le cas des banques de détail qui, contrairement aux plateformes en ligne, ne sont pas vraiment compétitives. 

9. Comment suivre ses portefeuilles ?

Si vous avez choisi d’investir via plusieurs plateformes il sera important de suivre vos positions à travers un fichier Excel par exemple, pour ne pas les oublier et pour votre déclaration d’impôts (nous en parlerons dans le prochain point). Noter par exemple la plateforme, le nom du sous-jacent, la quantité, le prix d’achat, la date d'achat, le prix de vente et la date de vente (si elle a eu lieu) également. Vous pouvez y ajouter un suivi des versements et des frais. Vous pourrez même sur google sheet suivre l’évolution des prix en temps réel grâce à google finance. Ce fichier Excel sera l’occasion de suivre votre évolution, surtout au début si vous choisissez de “tester” vos compétences afin de mieux visualiser vos performances.

10. Quelle est la fiscalité de mes investissements ?

En fonction de l'enveloppe fiscale que vous allez utiliser pour investir (PEA, épargne logement, assurance-vie etc.), la taxation ne sera pas la même. De façon générale, ce que l’on appelle le “trading”, c'est-à-dire l’achat et la vente d’actifs financiers sur un court laps de temps, sera taxé au maximum. Comme nous recommandons toujours d’investir sur le long terme, cela ne devrait pas être un souci. 

Si vous êtes domicilié en France et que vous réalisez une plus-value sur une action ou une obligation par exemple, vous devrez payer un impôt sur cette plus-value au taux de 30 % (applicable aux dividendes et coupons également). Dans le cadre d’un PEA, PEE, etc. les plus-values sont exonérées, si l’on respecte les durées minimales de détention prévues par ces poches fiscales. 

Au Luxembourg, si vous détenez l’action ou l’obligation plus de 6 mois vous ne serez pas taxé sur la plus-value, sinon le taux est d’environ 45%, alors que les dividendes/coupons seront taxés à hauteur de 15%.

En Belgique, les coupons obligataires et dividendes seront taxés à 30%. Les plus-values ne sont elles pas taxées, sauf pour les fonds d’investissement qui seront ponctionnés de 30%. Enfin, il faut savoir que les opérations boursières réalisées en Belgique sont automatiquement prélevées de 0,35%.

Nous espérons que ce petit guide vous sera utile et vous aidera à faire le premier pas et si c’était déjà fait, peut-être qu’il vous permettra de mieux gérer vos investissements. Il n’y a pas de mauvaise manière de faire si vous suivez ce guide. Vous ferez certainement des petites erreurs qui vont permettront d’apprendre, et de mieux gérer vos portefeuilles sur le long terme. 

Nous compléterons ce guide par un webinar le jeudi 1er juillet à 18h, vous pouvez vous inscrire ici, et nous envoyer vos questions!


Bienvenu dans notre nouvelle rubrique « Le tips du mois de Ma Juste Valeur ».

Tous les mois, Insaff El Hassini, avocate de formation, juriste financier, directrice de l’ONG Lean In France et créatrice de la plateforme de renforcement des politiques d’égalités salariales « Ma Juste Valeur » : premières formations + podcasts au monde sur la négociation de rémunération, vous partage un conseil pour vous aider à briser le tabou autour des femmes et de l’argent, vous apprendre à demander & obtenir la rémunération que vous méritez, et vous construire une carrière à votre juste valeur !

Tip du mois : « « Mener une discussion autour de sa rémunération d’entrée»

Bonjour à toutes ! Je suis ravie de vous retrouver pour une nouvelle chronique « Ma Juste Valeur ».

On ne va pas se le cacher, les discussions autour de l’argent sont des discussions difficiles que tout le monde préfère éviter. Quand je dis tout le monde, cela veut dire, que la grande majorité, notamment des femmes ; et cela quel que soit leur job, leur statut social ou domaine d’activité, préfèrent traverser une rivière de charbons ardents plutôt que d’avoir à parler argent, salaire, tarifs, prix avec un recruteur, leur managers, les RH, un partenaire ou un client.

Si les discussions autour de l’argent sont des discussions si gênantes et malaisante, c’est parce qu’elles sont fortement émotionnalisées et sujettes aux différents biais cognitifs (biais de genre, de validation, syndrome de l’imposteur, de la bonne élève, du people pleaser etc….)

Voici donc 3 clefs pour dépasser cet inconfort et aborder ce type de discussion de manière sereine et pacifiée :

1/ Rationnaliser : Toujours faire référence à des données objectives.

Exemple, on va formuler ses prétentions salariales comme suit :

« la valeur d’un profil comme le mien sur le marché de l’emploi est dans une fourchette entre X€ et Y€ »

Plutôt que de dire :

« J’étais à X€ sur mon précédent poste »

2/Factualiser : Pour vous libérez de la charge émotionnelle qui grèvent les discussions autour de l’argent, basez vos prétentions sur des éléments de faits.

En pratique cela donne ça :

« Les tarifs pratiqués par le marché pour ce type de prestations sont entre X€ et Y€ »

Plutôt que:

« Mes tarifs sont de euh…euh… et bien  X €… euh non Y€ »

3/ Utiliser des éléments de langages neutres : La sémantique est très importante lorsque l’on parle argent car les mots ont un pouvoir émotionnel certain.

Dès lors, il faut essayer, autant que faire se peut, de dédramatiser la discussion en utilisant un vocabulaire neutre.

Si on prend l’exemple de l’augmentation, cela donne ça:

« Je souhaite obtenir un réajustement, un rééquilibrage de rémunération »

Plutôt que:

« Je veux une augmentation »

Pour aller plus loin, je vous invite:

RDV le mois prochain pour un nouveau tip Ma Juste Valeur et en attendant, n'hésitez pas à nous poser vos questions en répondant à cette NWL !

Enfin, n’oubliez pas Mesdames, c’est VOTRE job de connaître & défendre votre juste valeur, alors : déterminez là, assumez là et défendez là !


On est trop sympa alors on vous répond

Nos réponses aux questions que vous nous posez sur l’investissement et l’investissement durable.

La question: j’ai entendu parler des dividendes, et du fait que ceux-ci payaient davantage que les coupons des obligations, comment a-t-on accès aux dividendes?

Patricia, sur notre compte Facebook

En effet, les coupons des obligations ne rapportent plus grand-chose depuis quelques années. Les obligations de bonne qualité (BBB- et plus) émises en euros rapportent dans les 1% annuellement, alors que les dividendes de bonnes sociétés sont plutôt de l’ordre de 3%. Pour toucher ces dividendes, il vous suffit de détenir l’action lors de la date d’enregistrement, ou date de détachement. Une société cotée peut choisir de distribuer des dividendes ou non, et fixer le montant des dividendes, ainsi que la fréquence de leur paiement (deux ou quatre fois par an en général). Si à la date d’enregistrement vous détenez une ou des actions, alors vous recevrez le dividende correspondant quelques semaines ou mois après à la date d'exécution prévue. Ces informations sont disponibles sur internet, sur google finance par exemple:

Pour finir, il faut savoir que la communication des dividendes futurs se fait souvent lors du bilan annuel, mais une société peut tout à fait décider durant l’année de ne pas payer les dividendes si elle a dû subir une perte importante non prévue (lors de la crise financière de 2008 de nombreuses sociétés ont ainsi décidé de couper le versement des dividendes pendant plusieurs années).


On fait quoi cet été?

  • Si vous êtes nostalgique de vos cahier de vacances, sachez que le magazine l’éléphant sort un hors-série jeux ! Un rendez-vous annuel attendu.

Une bouffée d’air pur, un moment de loisir pour se promener sur les chemins de la connaissance et découvrir les plaisirs des vacances buissonnières, en révisant par le jeu l’histoire, le français, la géographie, la logique, les sciences…https://www.scrineo.fr/boutique/lelephant/les-hors-series/hors-serie-jeux-2021/

  • On suit les J.O. et on améliore sa culture sport 🏊‍♀️🏋️

  • Nous terminons avec des mots croisés fait maison sur l’investissement 😉


On n’est jamais à l'abri d'apprendre

Toutes les deux semaines, retrouvez Gaëlle et l'équipe dans un webinar consacré à vos interrogations sur le monde merveilleux de l'investissement 📺 On va tout de même faire une petite pause cet été 😎

Jeudi 1er juillet: Les 10 questions à se poser avant d’investir

En 60 min, nous allons revenir sur cette newsletter, et revoir les principes de base avant d’investir, enrichit par vos questions et interrogations:

👉 Comment passer le cap pour investir?

👉 Les points à avoir en tête pour avancer.

👉 Ecrivez donc à Alex, à cette adresse: alexandra@startalers.com pour lui poser toutes vos questions sur l’investissement!

Je m'inscris